Ligue 1: André-Pierre Gignac entretient la flamme marseillaise

le
0

MARSEILLE (Reuters) - Auteur de deux buts précieux lors du "clasico" (2-2) entre Marseille et le PSG, André-Pierre Gignac a soutenu la comparaison dimanche avec Zlatan Ibrahimovic, lui aussi auteur d'un doublé, mais l'attaquant olympien a surtout permis à son club de conserver son fauteuil de leader.

"Je suis heureux d'avoir été décisif", a confié à l'issue du match le buteur marseillais, qui compte désormais cinq réalisations en Ligue 1 depuis le début de la saison.

"On leur a mis une grosse pression en première période. C'est finalement un bon point de pris puisque le PSG reste à trois points derrière", a ajouté le Martégal.

A l'image du groupe, André-Pierre Gignac pratique depuis plusieurs semaines un football dénué de calcul, où le collectif prime sur l'individu.

"Il a répondu coup pour coup aux buts du PSG. On est récompensé par ses buts mais aussi par le travail qu'il effectue à côté, par son replacement et sa volonté de couper les espaces, par son pressing", s'est félicité son entraîneur Elie Baup.

Après la claque reçue à Valenciennes lors de la précédente journée, l'OM a remis les pendules à l'heure face au "favori de l'exercice", comme le surnomme Steve Mandanda.

"On n'a pas été ridicule, mais en face, ils ont un joueur d'exception qui fait la différence", a noté le gardien et capitaine de Marseille.

"Ce n'est pas facile d'évoluer face à l'un des plus grands attaquants du monde. Le PSG a Ibrahimovic, nous on a Gignac", a souligné le défenseur Nicolas Nkoulou, qui était au marquage de l'attaquant suédois.

"On ne regarde pas forcément le classement, on fait simplement notre bout de chemin", a-t-il ajouté.

En fin connaisseur et spécialiste du poste, André-Pierre Gignac a apprécié la prestation de son homologue du PSG.

"Il a eu deux beaux gestes (...) On voit qu'il a des capacités, mais ils ne le paieraient pas autant si c'était un joueur en bois", a-t-il dit à propos du Suédois et de son contrat de 14 millions d'euros net par an.

Jean-François Rosnoblet, édité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant