Ligue 1: Ancelotti trouve "bizarre" la suspension de Sissoko

le
0
CARLO ANCELOTTI TROUVE "BIZARRE" LA SUSPENSION DE MOHAMED SISSOKO
CARLO ANCELOTTI TROUVE "BIZARRE" LA SUSPENSION DE MOHAMED SISSOKO

PARIS (Reuters) - Carlo Ancelotti a fait monter la pression psychologique samedi en jugeant "bizarre" la suspension qui privera le Paris Saint-Germain du milieu international malien Mohamed Sissoko dimanche lors de son déplacement à Auxerre, lanterne rouge de la Ligue 1.

Sissoko a été suspendu pour trois matches, dont un avec sursis, après avoir été expulsé à la 85e minute de la victoire du PSG sur l'OM (2-1), le week-end dernier.

"Comme je l'ai dit après Dijon quand il a pris deux journées de suspension, j'ai dit qu'elle (cette suspension) est bizarre et je vais dire aujourd'hui qu'elle est encore plus bizarre", a déclaré l'entraîneur italien du PSG au cours d'une conférence de presse.

Sissoko "ne va pas jouer pour deux matches et en plus il a le souci qu'il sera suspendu une autre fois s'il prend un autre carton jaune", a-t-il ajouté.

Carlo Ancelotti a reproché à l'arbitre d'avoir fait "une erreur parce que la règle est très claire".

"Si tu fais un engagement sur l'homme tu peux être suspendu mais quand tu fais un engagement sur le ballon la règle est qu'il n'y a pas faute et il n'y a pas carton. Momo, pour deux engagements sur le ballon, il a pris quatre journées de suspension", a-t-il regretté.

"Je me demandais quel match a été suspendu l'arbitre qui a fait l'erreur. Je voudrais avoir la réponse."

"Je pense que sur Sissoko il y a un problème parce que Sissoko est un joueur agressif. Contre Sissoko, il y a quelque chose (...) Les deux engagements q'il a faits contre Dijon et contre Marseille, il n'y a pas faute."

"SEPT FINALES"

Ancelotti a démenti avoir dit à ses joueurs que toute la France souhaitait que Montpellier, actuellement premier du championnat avec trois points d'avance sur le PSG, soit sacré champion de France.

"Je cherche à dire aux joueurs des choses positives", a-t-il dit. "Je n'ai pas le sentiment" que c'est Paris contre toute la France. Non, non (...) Va gagner l'équipe qui mérite, à la fin de la saison, de gagner."

L'entraîneur du PSG a en revanche souligné qu'il avait demandé à ses joueurs de se préparer à jouer "sept finales" dans les sept derniers matches du championnat.

"Nous avons sept finales à jouer. Demain, ce sera Auxerre. Nous sommes focalisés sur ce match. Nous avons travaillé toute la semaine pour bien préparer le match et j'espère le gagner", a-t-il dit.

"Ce sera un match dangereux parce qu'Auxerre a besoin de points. J'espère seulement que l'engagement sur le ballon ne sera pas carton."

Jean-Paul Couret, édité par Jean-Stéphane Brosse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant