Ligue 1: Ali Ahamada, du travail bien fait

le
0

par Jean Décotte

TOULOUSE (Reuters) - Gardien d'une équipe toulousaine réduite à neuf, Ali Ahamada n'a pas connu une soirée de tout repos samedi au Stadium contre Marseille mais le portier des Espoirs français a longtemps retardé l'échéance d'une défaite 1-0, stoppant notamment un penalty.

Le Franco-Comorien, victime d'un trou d'air au mois de novembre qui lui a temporairement coûté sa place de titulaire à Toulouse, a démontré qu'il savait rebondir en multipliant les arrêts de classe et en rassurant sa défense, déboussolée par deux expulsions.

Et sur le seul but du match, oeuvre de son ami André-Pierre Gignac, ancien Toulousain, le gardien du TFC n'a rien à se reprocher face à une frappe limpide en lucarne.

"J'ai essayé de faire mon boulot de la meilleure des façons", a dit le joueur de 21 ans après la rencontre.

"Ça n'a pas été facile. J'ai été pas mal sollicité, j'ai essayé de répondre présent pour rassurer ma défense."

Ali Ahamada a d'ailleurs écoeuré le Marseillais André Ayew juste avant la pause en plongeant du bon côté sur un penalty provoqué par son frère Jordan Ayew (39e).

"J'essaye de jouer avec l'attaquant, je prends mon côté, j'y vais avec détermination et ça me sourit plutôt pas mal donc, c'est plutôt positif", juge modestement le portier des Violets, qui a longtemps réussi à faire douter les Marseillais -jusqu'au chef d'oeuvre de Gignac.

"L'idée c'était de frustrer Marseille le plus longtemps possible, en défendant très bien", a résumé l'entraîneur toulousain, Alain Casanova, qui n'a pas été pas avare de compliments pour son portier.

"Quand vous avez une tâche aussi compliquée (à neuf contre 11), il faut avoir un très grand gardien. L'organisation défensive a été bien respectée mais quand les Marseillais arrivaient à passer, il fallait que lui aussi soit présent.

"Il a fait vraiment de très, très bonnes choses et puis il n'a cédé que sur un but venu d'ailleurs où très peu de gardiens auraient pu le sortir."

Ali Ahamada souligne s'être réfugié dans le travail après son passage à vide du mois de novembre.

"J'essaie de retrouver le niveau qui était le mien", a-t-il expliqué.

"Je bosse tous les jours à l'entraînement pour retrouver cette efficacité qui m'a fait défaut pendant une période. Je travaille dur pour donner le meilleur", a-t-il poursuivi, disant avoir appris de cette période délicate.

"Ça m'a au contraire encore propulsé vers le haut, ça m'a donné encore plus envie de travailler pour être le meilleur possible."

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant