Ligue 1: Ajaccio-Sochaux, pour la survie dans l'élite

le
0

par Roger Nicoli

AJACCIO (Reuters) - Dix-septième de la Ligue 1 à un point de la zone des relégables, Ajaccio reçoit ce mercredi Sochaux, 19e, dans un match à l'issue lourde de conséquences pour les deux clubs.

Un petit point les sépare au classement. La nécessité du maintien dans l'élite les rapproche. L'AC Ajaccio (34 points) accueille sur sa pelouse de Timizzolo le FC Sochaux-Montbéliard (33 points) et la rencontre entre deux formations qui ont évolué dans le bas du tableau tout au long de l'année s'annonce explosive.

Conscients de l'importance de l'enjeu, les dirigeants corses ont pris une mesure radicale et décidé que les deux derniers matches à domicile seraient gratuits afin que l'ACA puisse pleinement s'appuyer sur ses supporters.

Après être revenus de Rennes dimanche avec une lourde défaite (3-1), les Ajacciens sont placés devant leurs responsabilités. "Sochaux est un adversaire direct. En cas de victoire, nous prendrions de l'avance et il est donc impératif de le faire", souligne le coach Olivier Pantaloni.

Ce dernier ne pourra compter sur l'ensemble de son effectif. Samuel Bouhours exclu à la dixième minute contre Rennes après un tacle assassin sur le Breton Pitroipa est tout naturellement suspendu, de même que le défenseur Anthony Lippini.

Le défenseur Fabrice Begeorgi, blessé, joue avec la réserve. Le milieu de terrain Benjamin André et le défenseur Fousseni Diawara devraient faire leur retour sur la pelouse du stade François-Coty pour reconstituer le noyau dur de l'équipe.

Olivier Pantaloni juge que son effectif "joue bien" et il devrait afficher un schéma très offensif en espérant que ses hommes soient "plus libérés devant le but".

Premier non relégable, Ajaccio mise sur une victoire avant le déplacement à Evian, puis la visite du récent vainqueur de la coupe de France, Lyon.

SPIRALE CATASTROPHIQUE

Les Francs-Comtois, 19es du championnat, n'accusent qu'une longueur de retard sur l'adversaire du soir mais sont dans une spirale catastrophique: neuf buts pris en deux matches (6-1 à Paris et 3-0 contre Bordeaux).

"Si on regarde le classement, il y a peu d'évolution", soulignait comme pour se rassurer Éric Hély, l'entraîneur sochalien, dimanche soir à l'issue de la défaite contre les Girondins.

Relégables permanents depuis la 19e journée, les Doubistes avaient pourtant connu un sursaut après le limogeage de l'entraîneur Mecha Bazdarevic, enchaînant quatre victoires et deux défaites en six rencontres.

"C'est sûr que la marge diminue de journée en journée, mais on a encore toutes nos chances. Le groupe doit rester uni et motivé", estime Hély, qui devra déplorer en Corse les absences de deux suspendus, l'attaquant Modibo Maïga et le milieu de terrain Sébastien Roudet.

Pourtant, si le staff technique et les joueurs veulent rester confiants pour le maintien, le calendrier du FCSM d'ici la fin du championnat a de quoi doucher l'optimisme: réception de Nancy, mais surtout déplacement à Caen, également en difficulté, pour finir par l'accueil de l'OM.

"Il y a des jours où rien ne va. Parfois, on a l'impression que toute la terre nous en veut mais on a tous notre part de responsabilité", ajoute le technicien, dont l'urgence est de consolider la défense orpheline de Damien Perquis et Jérémie Bréchet en longue rééducation.

Le jeune Sébastien Corchia pourrait reprendre sa place sur le flanc droit de l'arrière-garde et Mathieu Peybernes glisser dans l'axe pour prendre la place de Yaya Banana ou Carlao, dont le tandem a montré de criantes lacunes lors des derniers matches.

Avec Dimitri Rahmelow à Sochaux, édité par Pascal Liétout et Jean-Stéphane Brosse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant