Ligue 1: à Saint-Etienne, prudence est mère de succès

le
0
SAINT-ETIENNE VEUT MAINTENIR SON RANG
SAINT-ETIENNE VEUT MAINTENIR SON RANG

par André Assier

SAINT-ETIENNE (Reuters) - Auteur de sa meilleure saison en trente ans avec une cinquième place en Ligue 1 et une victoire en Coupe de la Ligue, Saint-Etienne veut entretenir la dynamique pour continuer de progresser tout en gardant ses principes de saine gestion.

En s'imposant au Stade de France face à Rennes, les Verts ont mis fin à trente-deux années sans trophée et gagné leur billet pour le tour préliminaire de la Ligue Europa. Ils ont ensuite confirmé en championnat, après une dixième place en 2011 et une septième l'année suivante.

Roland Romeyer, président du directoire, savoure, tout en sachant que ces résultats suscitent beaucoup d'attentes. "Je suis un président heureux et le club se porte bien. L'année à venir, je m'attends à une saison difficile. Quand on est arrivé à un bon niveau, il faut y rester", dit-il.

"Pour moi, le plus dur reste à faire. Je suis optimiste et avec (l'entraîneur) Christophe Galtier, l'objectif est clair : être prêt dès le mois d'août, qui s'annonce chargé entre les matches de championnat et la Ligue Europa."

Si progression sportive il y a, Saint-Etienne s'attache à ne pas se voir plus grand qu'il n'est. La réussite s'accompagne notamment d'une politique salariale raisonnée : un plafond de la part fixe à 90.000 euros mensuels, à hauteur de 60% du total potentiel, le reste venant en primes variables.

"Le club dépense l'argent qu'il a, et nous n'allons pas changer de cap", revendique Christophe Galtier.

"Il est hors de question de créer un déséquilibre dans le vestiaire, ne serait-ce que par respect pour ceux qui sont là depuis plusieurs saisons. La crise est là pour tout le monde, y compris dans le football. Si l'aspect financier est réel dans une négociation, le projet sportif peut être encore plus intéressant."

Le budget cette saison est donc stable, autour de 56 millions d'euros, et le transfert de Pierre-Emerick Aubameyang à Dortmund pour 13 millions d'euros n'a pas changé la donne.

Le club préfère assurer son avenir avec l'acquisition pour 6,2 millions d'euros des bâtiments administratifs du centre d'entraînement de l'Etrat. Sportivement, ce départ est plus lourd - le Gabonais a inscrit 19 buts en Ligue 1 l'an passé.

"C'est vrai, il a été décisif l'année dernière. Après, je pense qu'il y avait aussi un groupe autour de lui pour qu'il marque autant de buts", coupe le capitaine Loïc Perrin.

RECRUTEMENT EN LIGUE 1

L'effectif, qui devrait être complété dans les semaines à venir, a déjà accueilli de nouvelles têtes piochées en Ligue 1 essentiellement, ce qui a plutôt réussi ces dernières saisons. Saint-Etienne a ciblé des joueurs polyvalents, conformément à la volonté de Christophe Galtier.

"Comme tous les entraineurs quand ils savent qu'ils vont perdre un de leurs points forts sur un plan offensif, on essaye de compenser le départ par l'arrivée de plusieurs joueurs avec des profils différents", explique-t-il.

"Si on voulait le même profil qu'Aubameyang, il faudrait mettre plus de 10-12 millions. Ce n'est pas le cas du club. Mes dirigeants ont fait un effort conséquent pour la venue de Franck Tabanou et de Benjamin Corgnet."

Le premier est arrivé de Toulouse pour près de cinq millions, le second de Lorient, et ils côtoieront cette saison au moins deux autres renforts, défensifs ceux-là : Paul Baysse (Brest) et Ibrahim Sissoko (prêté par Wolfsburg).

Le club continuera aussi à s'appuyer sur la formation, avec les champions du monde des moins de 20 ans Kurt Zouma et Pierre-Yves Polomat, ou la pépite de 16 ans, Allan Saint Maximin.

Ceux-là suivent peut-être les pas de Josuha Guilavogui, le milieu de terrain devenu international français en juin.

"J'ai vécu la plus belle saison de ma jeune carrière. Et pour le club, d'avoir donné tout ce bonheur aux gens avec la Coupe, ce fut grandiose", dit-il.

"Quand nous nous sommes retrouvés pour redémarrer la saison, nous nous sommes tous dit que ce serait dommage de gâcher ce que nous avions fait de bien l'an passé."

Il côtoiera son complice Jérémy Clément, qui s'est rétabli très vite de sa double fracture tibia-péroné subie en mars et a rejoué en tour préliminaire de la Ligue Europa face aux Moldaves de Milsami.

Une compétition où Christophe Galtier, qui entame sa quatrième saison pleine sur le banc - du jamais vu depuis Robert Herbin (1972-1983) -, veut bien figurer :

"Nous avons bataillé pour être en Europa League et c'est un objectif de se qualifier pour la phase de poule (...) Ce n'est pas ce qui se fait de mieux sur la scène européenne mais c'est déjà une chance et un plaisir."

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant