Ligue 1. A Rennes, c'est déjà l'effet Courbis

le
0
Ligue 1. A Rennes, c'est déjà l'effet Courbis
Ligue 1. A Rennes, c'est déjà l'effet Courbis

Est-ce la première conséquence du changement d'entraîneur ? Toujours est-il que le Stade Rennais, qui n'avait plus gagné à domicile depuis le mois d'août et huit matchs, a arraché la victoire dans le temps additionnel. Intronisé coach jeudi en remplacement de Philippe Montanier, Rolland Courbis hisse déjà (provisoirement) son équipe à la 3e place. « Je ne sais pas si c'est un signe du destin, mais ça fait plaisir de gagner à la dernière minute, glisse Courbis avec le peu de voix qu'il lui reste. Les joueurs ont fait preuve de bonne volonté mais on doit pouvoir faire mieux côté réalisme. »

[J22] #SRFCGFCA Belle joie de vestiaire pour fêter la victoire 1-0 face à Ajaccio ! #RoazhonPark #SRFC #Ligue1

https://t.co/6YlJRKHCjN— Stade Rennais F.C. (@staderennais) 22 Janvier 2016

L'ex-entraîneur de Montpellier a également voulu rendre hommage à l'équipe du Gazélec qui restait sur une série de 11 matchs sans défaite en Ligue 1. « On n'a pas fait un match extraordinaire mais on a remporté une victoire à mon sens méritée. 1-0, ça reflète la physionomie de la rencontre. Ce genre de match face à une équipe emmerdante du Gazélec n'était pas facile à jouer. Donc on se contente de ce petit succès. »

Cheveu ras, parka noire, coach Courbis, debout le plus souvent les bras croisés, a donné de la voix et du geste devant le banc rennais. Un banc rouge et noir qu'il avait d'ailleurs par convenance choisi de déplacer à droite, c'est-à-dire de l'autre côté par rapport aux habitudes du club. « Je ne sais pas vraiment pourquoi, a glissé Courbis, mais je n'aime pas être à gauche. » Au fil des minutes, il est apparu assez tendu. Et sur le but libérateur - un long service de Danzé, un contrôle du gauche de Grosicki et... une frappe de Filippi contre son camp - le technicien n'a pas exulté outre mesure.

Des petits détails

Dans le vestiaire breton, on a beaucoup insisté sur le travail effectué ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant