Ligue 1: à Lyon, le changement c'est payant

le
0
LILLE-LYON: LES DIX DERNIERS AFFRONTEMENTS
LILLE-LYON: LES DIX DERNIERS AFFRONTEMENTS

par André Assier

LYON (Reuters) - Les nombreux départs intervenus durant l'été n'ont pas affaibli l'Olympique lyonnais, si l'on en juge par un début de saison réussi, que l'attaquant Bafétimbi Gomis met au crédit d'un groupe "régénéré" avant d'aller défier Lille, dimanche en Ligue 1.

Auteur d'un départ quasi parfait en championnat, où il talonne l'Olympique de Marseille grâce à quatre victoires et un nul, et bien lancé en Coupe d'Europe par sa victoire 2-1 sur Prague jeudi, Lyon arrive dans le Nord avec "des certitudes".

"Les jeunes ont pris de l'expérience, des cadres assument plus leur rôle... Et peut-être aussi que mon message commence à porter", répète depuis quelques jours l'entraîneur Rémi Garde, à la tête de l'équipe depuis 15 mois.

Face à Prague, Lyon a réalisé son "match le plus abouti de la saison", a souligné Garde vendredi, satisfait que le public de Gerland, habitué depuis douze ans à la Ligue des champions, ait pris du plaisir à voir évoluer cette équipe.

"Le public n'est pas dupe. Il ressent ce que le groupe vit de l'intérieur. Ce groupe a renversé une situation de départ compliquée. Mais il n'y a pas de quoi s'enflammer. Nous sommes simplement sur le bon chemin", a-t-il dit.

Cette passe délicate qu'il évoque renvoie à une intersaison marquée par un maître-mot : dégraisser.

Lyon a maigri cet été. Neuf joueurs sont partis, quatre sont arrivés et la balance est positive de 16 millions d'euros. Il a aussi économisé 30 millions d'euros annuels grâce aux départs de gros salaires - Hugo Lloris, Cris, Ederson ou Kim Källström.

VERCOUTRE, "VRAIE RECRUE"

Ces joueurs étaient aussi des cadres, influents, et Lyon a dû composer sans ses joueurs mais avec de nouveaux hommes et des jeunes qui, à entendre Bafétimbi Gomis, ont fait beaucoup de bien au groupe.

"Le groupe s'est régénéré avec des nouvelles têtes qui se sont bien adaptées, qui apportent et vont apporter encore", dit-il.

"C'est bien. Ces joueurs comme Milan (Bisevac), Arnold (Mvuemba), Fabian (Monzon) sont venus avec l'intention d'apporter au groupe humainement et sportivement."

"J'en oublie Steed (Malbranque) ! Le club a recruté malin sur ce coup, il nous apporte toute son expérience anglaise."

Rémi Garde abonde au sujet du milieu de terrain formé au club puis exilé dix ans en Premier League anglaise et qui l'a convaincu de le recruter malgré une année passée loin des terrains de football.

"Steed apporte son 'fighting spirit'", souligne-t-il.

Son arrivée, "ajoutée à celles de Monzon, Mvuemba et Bisevac, apporte maturité et sérénité. En plus, des automatismes dans le jeu se créent."

La nouveauté semble être si vertueuse à Lyon que Bafétimbi Gomis veut même voir en Rémy Vercoutre, devenu gardien titulaire après le départ d'Hugo Lloris, "une vraie recrue".

"C'est important pour le club qu'il y ait de temps en temps des départs et des arrivées qui vivifient la concurrence et régénère le discours. Cela nous fait du bien", a-t-il ajouté.

"Nous savons où nous allons jusqu'à la fin décembre", apprécie Bafétimbi Gomis. "J'avais été concerné par ce mercato. Moi, je voulais continuer à l'OL, un club que j'apprécie. J'ai pas mal de projets et une grande marge de progression."

Vainqueur du Trophée des champions et en réussite en août malgré les troubles créés par le mercato, Lyon entre dans le vif du sujet avec ce déplacement à Lille, après des matches plus abordables face à Valenciennes, Troyes ou Ajaccio.

"Nous avons acquis un capital confiance avant ce choc", a prévenu Bafétimbi Gomis avant d'aller défier les Dogues chez qui Lyon n'a plus gagné depuis 2007-08.

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant