Ligue 1: à Guingamp, la fête malgré la défaite

le
0

par Pierre-Henri Allain

GUINGAMP, Côtes d'Armor (Reuters) - Pour son premier match de Ligue 1 depuis neuf ans, Guingamp et sa région se sont mobilisés dimanche pour recevoir Marseille dans une ambiance festive, même si le résultat n'a pas été au rendez-vous.

Cueillis à froid dans les vingt premières minutes, les Bretons se sont lourdement inclinés 3-1. Mais l'essentiel était de jouer de nouveau dans l'élite.

Sur le fronton de la mairie depuis la montée du club, s'étale une banderole "Fiers d'être Guingampais" et des photographies rappelant le sacre en Coupe de France il y a quatre ans.

Certains habitants ont même pris l'habitude d'arborer des T-shirts "Ici, c'est Guingamp" pour bien montrer leur attachement.

Bien avant l'heure de la rencontre, les supporters arborant les couleurs rouge et noir, avaient déserté le centre-ville et pris le chemin du Stade de Roudourou qui affichait complet (18.200 spectateurs).

"A Rennes, qui est censée être l'équipe-phare de la Bretagne, ils n'étaient que 17.000 samedi soir", se moquait un supporter venu de Paimpol, à quelques dizaines de kilomètres de Guingamp.

"Guingamp, on dit que c'est tout petit. Mais on oublie que ce n'est pas seulement une ville, c'est tout un pays qui est derrière", ajoutait-il, se félicitant d'un nombre d'abonnés -9.000- supérieur la population de la commune -7.280 habitants.

"QU'ON GAGNE OU QU'ON PERDE..."

Beaucoup de supporters sont venus entre amis ou en famille des quatre coins de Bretagne pour célébrer la montée en L1 de leur équipe, pour la troisième fois de son histoire.

Comme Yannick, un gendarme de 48 ans venu du Finistère. "Ce retour en L1, c'est beaucoup de bonheur et une grande fierté. Cette équipe va représenter le département et la région dans l'élite", a-t-il confié.

"Guingamp, c'est aussi le vrai football, avec de vrais supporters et sur le terrain une équipe de battants qui ne lâchent rien et mouillent le maillot jusqu'au bout", a-t-il poursuivi.

Yannick se réjouit aussi de la proximité des joueurs avec le public à l'occasion des entraînements et de la convivialité des supporters qui n'hésitent pas à sympathiser avec ceux du club adverse, comme avant le rendez-vous avec Marseille.

Malgré ses 22 millions d'euros de budget, le plus petit de L1, l'En Avant Guingamp se félicite de pouvoir se mesurer aux meilleures équipes du championnat.

"Beaucoup de gens sous-estiment la valeur de l'En Avant", juge Christophe Adam, jeune membre du "Kop Rouge" âgé de 26 ans. Il croit dur comme fer au maintien et rappelle que son club a fini juste derrière Monaco en L2 avec "le plus beau jeu de L2 et le meilleur entraîneur".

Beaucoup de supporters attribuent en grande partie l'excellente saison 2012-2013 à Jocelyn Gourvennec, le technicien Guingampais.

Et le résultat de ce premier match? Certains avouaient avant le coup d'envoi qu'il ne comptait pas plus que ça.

"On espère surtout voir un bon match, qu'on gagne ou qu'on perde, on s'en fiche un peu", lâchait un retraité de 69 ans.

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant