Ligue 1: à Bordeaux, l'Europe passe par la Corse

le
0
L'EUROPE DANS LA LIGNE DE MIRE DE BORDEAUX
L'EUROPE DANS LA LIGNE DE MIRE DE BORDEAUX

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - Vainqueur à l'aller à Ajaccio (2-0), Bordeaux compte samedi doubler la mise face aux Corses pour rester candidat aux places européennes en Ligue 1.

A onze journées de la fin du championnat, Bordeaux est en neuvième position, à sept points du quatrième, Saint-Etienne, et cinq points du cinquième, Rennes.

Eliminés dans les deux coupes nationales, non européens, les Bordelais ne veulent pas finir la saison en roue libre après avoir sauvé leur place en Ligue 1 et se sont donné comme objectif de se qualifier pour la Ligue Europa.

"C'est la seule ambition qui nous reste. Quand on voit notre parcours depuis deux mois et demi, quand on voit la moyenne des points pris, on peut espérer", estime le défenseur central Marc Planus.

"Mais il y a aussi des matches comme face à Nice, où on passe à travers et à la fin desquels on ne peut plus être ambitieux. Mais après le match de Montpellier (défaite 1-0), j'ai dit que j'étais très enthousiaste sur le fait que cette équipe est capable de faire de bons matches", ajoute-t-il.

Le plus ancien au club, trentenaire formé aux Girondins, Marc Planus compte sur son entraîneur, Francis Gillot, pour pousser son équipe à jouer sa chance jusqu'au bout.

"Il est ambitieux parce qu'il sait que ce groupe-là a de la qualité. Francis Gillot est l'homme qui est capable de transcender ses joueurs, et de faire qu'ils soient concentrés pendant onze matches", assure-t-il.

Marc Planus voit dans une participation à la Ligue Europa quelque chose de "bien pour le standing du club, pour l'ambition" et "un petit signe qu'il faut faire encore plus pour que le club reparte", tout en soulignant qu'"il faut avoir l'effectif".

COULEURS INSULAIRES

"Ca vaut le coup d'y aller, mais on n'est pas armé pour. Le problème c'est que ça ne rapporte pas d'argent, et il faut plus de joueurs puisque vous allez disputer plus de matches. Automatiquement, il y a quelqu'un qui va devoir mettre la main à la poche", juge le joueur bordelais.

Cependant, pour garder cette ambition, Bordeaux doit absolument l'emporter samedi face à Ajaccio, une équipe que Planus sait être difficile à jouer depuis qu'elle a repris des couleurs.

Après avoir craint d'être condamnés à la redescente immédiate en Ligue 2, Les insulaires ont battu notamment Marseille (1-0) le week-end dernier et sont aujourd'hui treizièmes, mais avec seulement deux points d'avance sur le premier relégable, Dijon.

"C'est une équipe euphorique qui prend plein de points à domicile, qui en grappille par ci, par là à l'extérieur. Ils sont cinquièmes depuis le début des matchs retour. C'est une équipe à ne pas prendre à la légère et qui a autant de chances que nous de l'emporter samedi soir", avertit Planus.

Bordeaux sera privé de Ludovic Obraniak, suspendu après avoir été essentiel depuis son arrivée au mois de janvier. Son absence pourrait permettre à Grégory Sertic d'être titularisé.

Gillot pourra en revanche compter sur son défenseur central brésilien Henrique, qui a purgé quatre matchs de suspension après des incidents à Saint-Etienne au début du mois de janvier.

L'attaquant Nicolas Maurice-Belay, parti cette semaine en Martinique à la suite d'un deuil familial et qui est rentré jeudi soir, pourrait être ménagé et remplacé par le Malien Cheick Diabaté.

Edité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant