Lifting réussi pour la Vieille Dame ?

le
0

Après une saison 2014/2015 quasiment parfaite, la Juventus a décidé d'opérer un fort renouvellement d'effectif cet été. Si les départs d'Andrea Pirlo et de Carlos Tévez étaient plus ou moins programmés, celui d'Arturo Vidal s'est en revanche révélé plus surprenant. Mais la Vieille Dame est-elle vraiment inspirée de faire peau neuve ?

Quel est le point commun entre le Milan AC 2007 et l'Inter Milan 2010 ? Facile, ces deux équipes ont gagné la Ligue des champions. Oui, mais pas seulement. Les cousins milanais partagent aussi la mauvaise gestion des lendemains de leurs sacres européens. Deux équipes qui n'ont pas su anticiper la fin d'un cycle et qui l'ont payé avec un long dépérissement jusqu'au ventre mou de Serie A. La Juventus 2015 n'a, elle, pas soulevé la coupe aux grandes oreilles, la faute à un Barça intouchable. Mais, peut-être alertée par le sort de ses rivaux historiques, elle était bien consciente du besoin d'un certain renouvellement. Ainsi, la Vieille Dame n'a pas joué de son charme pour retenir les trentenaires comme Tévez (31 ans) et Pirlo (36) désireux, pour diverses raisons, de s'envoler de l'autre côté de l'Atlantique. Et si certains pensaient la mue déjà achevée, la reine de Serie A n'a pas franchement opposée de résistance au départ de son Altesse Arturo Vidal vers le Bayern Munich. Au contraire, même. Car comme depuis son retour des enfers de la Serie B, la Juventus semble avoir réponse à tout.

Une nouvelle garde-robe pour Madame


Pourtant, se séparer de trois cadres du groupe comme Tévez, Pirlo et Vidal a logiquement de quoi étonner, voire inquiéter. Surtout, après une saison où la Juve a frôlé un historique triplé. Mais si la manœuvre peut – à juste titre – paraître risquée, elle pourrait se révéler tout aussi inspirée. Conserver un Tévez, usé mentalement, et un Pirlo, usé physiquement, contre leur volonté, aurait très certainement été une erreur. Quant à Vidal, c'est probablement son comportement hors des terrains, plus que sa saison somme toute moyenne, qui a convaincu la Juve de le céder, sans négocier plus que de raison. Dans l'histoire, les Bianconeri récupèrent environ 40 millions, un joli montant, mais pas non plus exorbitant compte tenue de la folie du marché actuel. Ces trois belles robes de soirée ne sont d'ailleurs pas les seules à avoir quitté le dressing. Ogbonna a ainsi atterri à West Ham contre 11 millions, tandis que Storari, Rubinho et Pepe ont été laissés libres et que Matri et Romulo sont rentrés de leur prêt à Milan et Vérone.

Mais la Vieille Dame ne se retrouvera pas nue pour autant, puisqu'elle s'est déjà rhabillée entre-temps. Neto et Khedira ont ainsi été chinés gratuitement, Isla et…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant