Liesse dans les rues de Téhéran après l'accord sur le nucléaire

le
0

par Bozorgmehr Sharafedin Nouri et Babak Dehghanpisheh DUBAI/BEYROUTH, 14 juillet (Reuters) - Les Iraniens ont accueilli par des concerts de klaxons et des V de la victoire l'annonce d'un accord avec les grandes puissances sur le programme nucléaire de la République islamique, espérant une levée des sanctions économiques et la fin de l'isolement international de leur pays. De petites célébrations ont éclaté dans les rues de Téhéran après la conférence de presse finale des négociations de Vienne, retransmise en direct à la télévision d'Etat comme -- chose impensable la veille encore -- le discours du président américain Barack Obama, mais les habitants s'attendaient à ce que la fête gagne en intensité dans la soirée, après la rupture du jeune de ramadan. Les Iraniens, qui ont subi de plein fouet l'effet des sanctions sur leur vie quotidienne, notamment ces trois dernières années depuis que Téhéran n'a plus accès au système bancaire international, ont écouté leur président, Hassan Rohani, saluer "la fin des actes de tyrannie contre notre pays et le début de la coopération avec le monde". "Les gens peuvent enfin voir leur vote se concrétiser", a réagi Behrouz Janfada, responsable informatique d'un institut d'éducation, qui avait voté en 2013 pour le chef de l'Etat, présenté comme le candidat le plus "modéré" lors de la dernière présidentielle. "Rohani avait promis pendant sa campagne électorale de résoudre la question nucléaire, il a été élu et il a réussi à sauver l'Iran des sanctions et de la menace d'une guerre. Cela nous donne de l'espoir et le sentiment que l'on a notre mot à dire", a-t-il confié. "L'IRAN N'A PAS ÉTÉ HUMILIÉ" Même si les conservateurs, qui contrôlent l'appareil sécuritaire, sont loin de partager cet enthousiasme, la police a indiqué qu'elle n'empêcherait pas les Iraniens de faire la fête tant que les lois et la morale religieuse sont respectées. L'ayatollah Ali Khamenei, le guide suprême de la République islamique, qui s'était livré ce week-end à une violente charge contre les Etats-Unis (voir ID:nL8N0ZR0PJ ) ne s'est pas encore exprimé sur l'accord, après avoir soutenu du bout des lèvres les négociations. En revanche, les dirigeants réformistes, marginalisés depuis la répression de la "révolution verte" de 2009, ont fait part de leur satisfaction. "L'important, à mes yeux, c'est que l'Iran ait réussi à s'entendre avec le reste du monde, et qu'il n'ait pas été humilié", a déclaré à Reuters Abbas Abdi, un des étudiants qui avaient attaqué l'ambassade des Etats-Unis à Téhéran en 1979, prenant 52 diplomates en otage pendant 444 jours, mais a depuis rejoint le camp réformateur. Chez certains, la prudence reste cependant de mise tant que les sanctions n'ont pas été levées et, surtout, disent-ils, que cela ne se traduit pas de manière réellement positive sur la vie des Iraniens. "On dirait qu'on a gagné la Coupe du monde mais ce n'est pas ce que je ressens", a expliqué Nassim, un graphiste qui peine à joindre les deux bouts. "Les rues de Téhéran sont pleines de voitures hors de prix. C'est ça l'effet des sanctions. Ceux qui avaient de l'argent se sont enrichis et les pauvres sont restés pauvres et le resteront." (Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant