Liège-Bastogne-Liège : Bardet rêve de la doyenne des classiques

le
0
Liège-Bastogne-Liège : Bardet rêve de la doyenne des classiques
Liège-Bastogne-Liège : Bardet rêve de la doyenne des classiques

Depuis ses débuts, l’Auvergnat Romain Bardet a démontré des affinités avec la Doyenne des classiques : 2e de la course espoirs en 2011, puis successivement 13e, 10e et 6e des trois dernières éditions. Aussi, le jeune homme sage n’exclut pas de frapper un grand coup à l’arrivée à Ans ce dimanche après-midi.

Vous parlez souvent de Liège-Bastogne-Liège comme de votre course d’un jour préférée, pourquoi?

ROMAIN BARDET. Parce qu’elle est très spécifique, unique dans la difficulté, le dénivelé et les enchaînements qu’elle propose. Elle met aux prises les coureurs du Tour avec les coureurs de classiques. C’est la course d’un jour qui correspond le mieux à mon profil.

Y a-t-il au palmarès des coureurs que vous admirez tout particulièrement ?

De toute façon, il n’y a pas de petit vainqueur de Liège-Bastogne-Liège. Parmi ceux qui m’inspirent, il y a Dan Martin qui l’a gagnée en 2013. Sa victoire prouve que, malgré sa difficulté, cette épreuve reste accessible à des hommes qui courent avec ambition et panache. En dépit de son jeune âge (NDLR : 26 ans lors de sa victoire, 29 ans aujourd’hui), il a réussi à l’emporter. Ça ouvre des perspectives.

Sur le parcours, avez-vous des passages favoris ?

Il y a la côte de la Redoute, même si elle a perdu de son importance au fil des années en raison de son relatif éloignement (NDLR : sommet à 37,5 km de l’arrivée). Mais le moment fort, c’est vraiment la Roche aux Faucons (NDLR : à 20,5 km). J’ai en mémoire les exploits des Schleck et de Philippe Gilbert à cet endroit. Hélas, lors des éditions que j’ai disputées, cette côte n’a jamais été décisive. Mais c’est là qu’on teste à nouveau les jambes, après les avoir sollicitées une première fois dans la Redoute mais avec un peu de retenue. Le dernier coup de boutoir intervient dans la côte de Saint-Nicolas (NDLR : à 6,5 km). Le groupe qui s’extirpe au sommet est celui qui va se disputer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant