Licenciés en 1948, ils sont remboursés... en 2011 

le
0
La cour d'appel de Versailles vient de donner raison à 17 mineurs licenciés à l'automne 1948, accordant 30.000 euros aux plaignants.

L'un des plus longs combats du syndicalisme français s'est achevé vendredi. La cour d'appel de Versailles vient de donner raison à 17 mineurs licenciés à l'automne 1948, accordant 30.000 euros aux plaignants.

À la fin de la guerre, le gouvernement avait entrepris une réforme des statuts et était revenu sur certains avantages accordés aux mineurs. Dans les mines de Charbonnage de France, la grève, dont le droit est déjà inscrit dans le préambule de la Constitution de 1946, débute.

Le conflit, particulièrement dur, dégénère de jour en jour. À tel point qu'au bout de deux mois, le ministre de l'Intérieur socialiste Jules Moch envoie les CRS pour mettre un terme au mouvement insurrectionnel. Près de 3000 mineurs sont licenciés par la suite pour fait de grève.

Ces gueules noires perdront non seulement leur emploi, mais aussi leur maison. Bannis des houillères, ils rencontreront bien des difficultés pour retrouver un travail. Les avocats ont plaidé la constitution

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant