Licenciements massifs dans une entreprise d?huile de palme

le
0

Commodesk - Le Centre pour les syndicats et les droits de l'Homme (CTUHR), une association philippine, a lancé début mars un appel de soutien aux 293 travailleurs de Filipinas Palmoil Plantations Inc (FPPI). Le licenciement de ces derniers, en novembre 2012, avait provoqué une grève sans précédent dans l'entreprise productrice d'huile de palme.

Le 18 janvier dernier, le Département du travail et de l'emploi (DOLE) des Philippines, demandait au millier de grévistes de reprendre leur travail et à FPPI d'annuler les licenciements. Un mois plus tard, la grève est terminée mais les licenciés, majoritairement des cueilleurs, n'ont toujours pas retrouvé leur travail.

Les relations sont tendues entre les employés et la direction de FPPI depuis plusieurs années. En 2008, face aux refus de négocier, le syndicat des salariés a fait appel au DOLE. Quatre ans plus tard une enquête était ouverte sur FPPI.

Il en ressort, selon le CTUHR, que l'entreprise a recours au travail des enfants, qu'elle pratique des salaires de 150 pesos philippins (2,8 euros) par jour contre une moyenne nationale de 248 PHP (4,6 euros), et que ses employés ne bénéficient d'aucune prime ou sécurité sociale. Quelques semaines après la publication de l'enquête, la direction annonçait le licenciement de 293 des 300 employés interrogés par le DOLE dans le cadre de l'enquête.

FPPI exploite 8.000 hectares de palmiers à huile à Rosario in Agusan del Sur, aux Phillipines
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant