Licenciements de Microsoft, coup dur pour la Finlande

le
0
Licenciements de Microsoft, coup dur pour la Finlande
Licenciements de Microsoft, coup dur pour la Finlande

La suppression de 18.000 emplois annoncée jeudi par l?américain Microsoft dans le monde entier est un coup dur pour la Finlande, siège historique de l'ancien numéro un mondial de téléphones Nokia, sur lequel le géant informatique a mis la main l'année dernière."La Finlande a été trompée" par Microsoft, a lancé le ministre des Finances finlandais Antti Rinne après avoir appris que son pays allait essuyer la suppression d'environ 1.100 emplois.Le site d'Oulu (nord-ouest), emblématique parmi les ingénieurs de Nokia, est le plus touché car il va définitivement fermer. Au total, 500 salariés spécialisés dans les téléphones dits "classiques", et non les smartphones, sont concernés."C'est un grand choc", s'est attristé auprès de l'AFP la dirigeante syndicale d'Oulu Tiina Nortamo."On nous prend nos emplois malgré les promesses qui nous avaient été faites" par Microsoft après l'annonce de la vente à l'automne dernier, a-t-elle déploré.L'ex-PDG de Microsoft Steve Ballmer, remplacé par Satya Nadella début février, avait promis en septembre dernier que Microsoft n'avait pas "de plan significatif pour relocaliser les postes de travail (...) dans le cadre de la fusion" avec Nokia.Plusieurs dirigeants politiques finlandais ont exigé de Microsoft des plans de soutien pour ceux qui vont perdre leur emploi."Il est temps pour Microsoft de faire preuve de responsabilité sociale", a insisté le ministre du Travail Lauri Ihalainen, cité dans un communiqué.Les négociations portant sur les conditions de licenciement devraient démarrer la semaine prochaine et devraient durer environ six semaines.Les perspectives de trouver rapidement un emploi ne s'annoncent pas des plus simples pour les ingénieurs, surtout à Oulu qui a en compte déjà "des centaines" en chômage suite aux plans de licenciement précédents, affirme Mme Nortamo. - Après l'apogée, la chute inéluctable - A ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant