Licenciements chez EADS : Sapin et Montebourg montent au créneau

le
32
Licenciements chez EADS : Sapin et Montebourg montent au créneau
Licenciements chez EADS : Sapin et Montebourg montent au créneau

Alors que le géant européen de l'aéronautique EADS avance ce mardi le chiffre de 1 000 à 1 450 licenciements secs sur les 5 800 postes supprimés en Europe dont quelque 300 en France, s'il ne parvenait à négocier des gains de productivité avec les syndicats européens, le gouvernement français est monté au créneau. Lors d'une table ronde organisée par la revue «Projet», le ministre français du Travail Michel Sapin a déclaré que le groupe avait «le devoir» d'éviter «tout licenciement». La veille, EADS avait annoncé la suppression de quelque 5 800 emplois sur trois ans en Europe, dont quelque 1200 en France. Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a lui aussi demandé de ne procéder à aucun licenciement forcé.

Le ministre du Travail a jugé «scandaleux que le groupe communique sur des suppressions de postes, alors qu'il crée des emplois» dans l'aéronautique civile. Michel Sapin soupçonne EADS de vouloir «faire monter les cours de Bourse». «Son devoir est de mettre en place les dispositifs qui évitent tout licenciement et en France il ne sera pas accepté, car il ne sera pas acceptable, qu'une entreprise comme EADS supprime globalement des emplois», avait également déclaré le ministre du Travail un peu plus tôt sur Europe 1, en rappelant que «cette entreprise gagne de l'argent».

Si le ministre du Redressement productif estime que «l'adaptation d'une entreprise aux évolutions de marché et la défense de sa compétitivité sont légitimes et nécessaires» mais il ajoute que «la situation globale de l'entreprise, qui bénéficie du soutien régulier et actif des pouvoirs publics, et dont les autres activités sont en croissance (....) exige de celle-ci de ne pas procéder à des licenciements».

Le ministère allemand de l'Economie lui a demandé de «procéder aux suppressions de postes prévues de manière aussi douce et socialement acceptable que possible».

La CGT appelle à une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le mercredi 11 déc 2013 à 17:07

    pour repondre à Montebourde, le DG d'EADS devrait virer 100 personnes de plus pour montrer qui commande la boutique !

  • slivo le mercredi 11 déc 2013 à 10:39

    Tout comme un réacteur d'avion, les 2 comiques de service brassent de l'air. Le réacteur propulse l'avion en avant; les rigolos propulsent la France en arrière.

  • lenip le mercredi 11 déc 2013 à 06:29

    encore du vent pour au final ne rien faire comme d hab!!!!!

  • fbordach le mercredi 11 déc 2013 à 03:36

    Bouffons! le devoir du gouvernement est de sortir la France de l'ornière ou son incompétence et son amateurisme nous ont plongé pas d'emm... Les entreprises dont d'ailleurs ils ne comprennent rien.

  • fgino le mardi 10 déc 2013 à 18:38

    c'est moi laurel c'est toi Hardy !!!

  • ppasani le mardi 10 déc 2013 à 18:35

    Sapin et Montebourg ? Ils sortent l'artillerie lourde !

  • techluxo le mardi 10 déc 2013 à 18:35

    Pff encore eu les sicialos au commandes purée on jamais mis les pieds dans une entreprisesdehors socialos qui commande le patron ?

  • frk987 le mardi 10 déc 2013 à 18:18

    Ces c.. de socialos n'ont pas la moindre idée du fonctionnement d'une entreprise privée. Ce sont les actionnaires qui décident, c'est ça la vraie démocratie !!!!!

  • nebraska le mardi 10 déc 2013 à 18:16

    De plus, l'usine de Chine va bientôt donner son plain rendement avec combien ??? 20-30-40% de moins de cout de main d'œuvre ?

  • nebraska le mardi 10 déc 2013 à 18:15

    Montebourg oublie juste que la France n'est pas le seul actionnaire........