Licenciement chez Air France : l'attitude du gouvernement ne passe pas à gauche

le
10
Licenciement chez Air France : l'attitude du gouvernement ne passe pas à gauche
Licenciement chez Air France : l'attitude du gouvernement ne passe pas à gauche

Le parti communiste estime que le gouvernement «s'acharne contre le monde du travail». Après la validation par le ministère du Travail du licenciement du délégué CGT accusé d'être impliqué dans l'épisode de la chemise arrachée d'un DRH d'Air France, un communiqué du PC apporte «son soutien à Vincent Martinez et à tous les salariés» de la compagnie aérienne.

 

«Il s'agit bien d'une décision à caractère politique, bafouant d'une part l'avis très argumenté de l'Inspection du travail, et d'autre part, piétinant le Code du travail, le délai pour recours étant épuisé», écrit Isabelle De Almeida, responsable communiste. «A nouveau, avec cette décision prise en plein été, s'exprime une volonté politique de ce gouvernement de faire taire toute contestation sociale dans le pays et d'affaiblir le mouvement syndical», dénonce-t-elle.

 

«Il faut pour cela écouter et respecter les citoyens et le débat parlementaire en renonçant à l'utilisation du 49-3. Cela passe par la démocratie sociale, avec des nouveaux droits et pouvoirs pour les salarié-es et leurs représentant-es. Cela passe également par le retrait de la loi Travail pourtant promulguée aujourd'hui», poursuit le PC qui annonce qu'il participera à la journée de mobilisation du 15 septembre.

 

Lienemann : « C'est une grande maladresse et un mauvais signal »

 

Un peu plus tôt, sur France Info, c'est la sénatrice socialiste Marie-Noëlle Lienemann qui a dénoncé l'attitude du gouvernement et la validation du licenciement. «C'est une grande maladresse et un mauvais signal pour le monde syndical qui a déjà été pas bien traité du tout dans le débat sur la loi Travail où on parle à longueur de journée de dialogue social (...) C'est des décisions à l'emporte-pièce», insiste celle qui est candidate à une primaire de la gauche. Selon elle, «il y a beaucoup d'ambiguïté sur l'implication réelle dans un acte malveillant» du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • doullens il y a 4 mois

    ericlyon il y a 2 jours c'est inadmissible de déchiré une chemise ci on compare ça a des milliers des licenciement boursier mrd !!! on peut pas se comprendre on vie pas dans le meme monde monsieur .

  • M8252219 il y a 4 mois

    Tous les français sont égaux devant la loi et la justice n'en déplaise aux dinausurusses congelés

  • pversaul il y a 4 mois

    Toujours égaux à eux mêmes les cocos ... un voyou n'a rien à voir avec le monde du travail.

  • M8609467 il y a 4 mois

    dehors ce gouvernement de droite previlègeant les patrons

  • aerosp il y a 4 mois

    On verra en avril 2017 si la décision de vals est la bonne

  • jbellet il y a 4 mois

    la loi est la meme pour tous qu'il n'en deplaise a la gauche... les syndicalistes ne peuvent faire n'importe quoi sous pretexte qu'ils sont syndicalistes

  • ericlyon il y a 4 mois

    @doullens : arrêtez vos slogans anti-patron/anti-finance hors du temps. N'oubliez pas que ce sont les patrons qui créent l'emploi. Il y a peut-être des gens malhonnêtes chez certains patrons comme il y en a chez les syndicats ou ailleurs mais ce n'est pas une raisons pour généraliser. Ici on parle d'un cas inadmissible qui a été logiquement sanctionné. Les syndicalistes doivent respecter la loi comme tout le monde même avec un gouvernement de gauche.

  • doullens il y a 4 mois

    alex82 est les patrons on les laisse agir comme des voyous sens sanction ?

  • patjo47 il y a 4 mois

    Bravo au gouvernement ! Le France en a marre de ces syndicats qui n'ont rien à apporter , se comporte comme des dictateurs voyous pour masquer leur incompétence.Et ne font que créer des chômeurs en coulant des sociétes uniquement pour préserver leur existence et leurs priviléges de fainéants vivant des subventions que leur paye l état , c'est à dire nous!

  • Alex282 il y a 4 mois

    Non, ce n'est pas une maladresse c'est exactement la décision qu'il fallait prendre. On ne peut pas laisser les représentants syndicaux agir comme des voyous !!