Licenciement, 35 heures...l'interview choc du patron de la Banque de France

le
7
Licenciement, 35 heures...l'interview choc du patron de la Banque de France
Licenciement, 35 heures...l'interview choc du patron de la Banque de France

Voilà qui devrait ravir Manuell Valls et Emmanuel Macron. Le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer critique la politique gouvernementale dans une interview aux Echos de vendredi. .«L'orientation est bonne, à savoir la réduction du déficit structurel et le soutien à la croissance par les réformes. Mais le rythme est insuffisant», estime-t-il. Un discours marquant  le jour ou l'Insee doit annoncer des chiffres de croissance autour de 0 pour le 3e trimestre. 

Il suggère des «réformes ayant des effets positifs à très court terme» comme «une franche libéralisation du travail le dimanche, la réduction accélérée des réglementations qui freinent la construction de logements, etc». 

Le dirigeant de la Banque de France ne s'arrête pas là. Dans sa ligne de mire, les 35 heures et le code du travail. «Et à moyen terme», il souhaiterait «une réforme du marché du travail» en donnant notamment davantage de « latitude aux partenaires sociaux dérogeant à la durée légale du travail dans l'entreprise», ou pour «assouplir les règles du licenciement», des positions défendues d'ordinaire par le MEDEF.

Il évoque également «la refonte des structures administratives, marquées par de nombreux doublons, entre Etat et collectivités, entre administrations et agences» et pas simplement de revoir la carte des régions et des départements.

L'effort doit être porté sur «la réduction de la dépense publique» et il faut «mettre un terme à l'inventivité fiscale. On voit bien que les projets de hausses d'impôts suscitent désormais un rejet prononcé». «Il faut donc mener une réflexion en profondeur sur l'ensemble des politiques publiques, en privilégiant la recherche de l'efficacité», estime-t-il enfin.

Au soutien des banques

Egalement dirigeant de la Banque centrale européenne (BCE), Christian Noyer, met en garde contre une «accumulation de contraintes domestiques et internationales» qui pourrait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lemonon1 le vendredi 28 nov 2014 à 16:39

    banque de FRANCE banque EUROPEENE ,il y en une de trop!

  • ljay1 le dimanche 23 nov 2014 à 15:10

    Qu'il commence par démissionner pour libérer le système bancaire... et après l'on verra...

  • paspil le vendredi 21 nov 2014 à 14:12

    commence par montrer l'exemple dans ta boutique ...

  • lsleleu le lundi 17 nov 2014 à 17:09

    Voila homme qui voit clair il a raison sur toute la ligne @sergemo à suivre votre raisonnement on passe au 20h par semaine à salaire égal et il n'y a plus de chômage vous avez raison c'est vrai 2 mois .... comme les couts montent déjà que l'on vend peu on vendra plus rien et le chômage montera en même temps que les faillites.

  • sergemo le vendredi 14 nov 2014 à 07:51

    Je ne vois pas ce que cela va changer de supprimer les 35 heures, vu qu'il y a un nombre de chômeur record. Heureusement que nous ne travaillons que 35H car on se demande quel travail vous nous donneriez si on devait travailler 40h. Rassurez vous Marine arrive et elle va faire le ménage dans ce gouvernement d’incapable.

  • b.renie le vendredi 14 nov 2014 à 06:52

    Mais il faut aussi mettre la finance dans une règlementation qui empêche la tricherie des manipulations, et les paradis fiscaux ce chancre anti reprise économique détournant les liquidités de l'économie réelle pour les consacrer à la spéculation.

  • b.renie le vendredi 14 nov 2014 à 06:49

    Quelle volée de bois vert pour le socialisme pur et dur et pour le syndicalisme irrédentiste du refus de réformer le Code du travail.