Libye : une milice prend d'assaut le consulat de Tunisie, 10 employés retenus

le
0
Libye : une milice prend d'assaut le consulat de Tunisie, 10 employés retenus
Libye : une milice prend d'assaut le consulat de Tunisie, 10 employés retenus

La perspective d'une Libye pacifiée s'éloigne de jour en jour. Une milice armée a investi vendredi le consulat tunisien à Tripoli où elle retient dix de ses fonctionnaires, a annoncé le ministère tunisien des Affaires étrangères. Le ministère n'a pas identifié les assaillants, alors que Tripoli est sous le contrôle des milices de Fajr Libya.

«Tous les services de l'Etat suivent avec beaucoup d'intérêt et de préoccupation les développements de cet incident, en coordination avec les parties libyennes, régionales et internationales, afin de libérer dans les plus brefs délais l'équipe de la mission tunisienne et garantir leur intégrité physique», a souligné le ministère.

Il a par ailleurs dénoncé «une violation flagrante de la souveraineté nationale tunisienne et des lois et normes internationales et diplomatiques qui garantissent la sécurité des fonctionnaires et des missions diplomatiques et consulaires».

Tunis rappelle ses ressortissants

La diplomatie tunisienne a une nouvelle fois appelé ses ressortissants en Libye à la prudence, à quitter le territoire si possible, et à ne pas se rendre dans ce pays «dans les conditions actuelles sauf nécessité absolue».

Les ressortissants et intérêts tunisiens sont régulièrement visés en Libye, comme d'autres représentations diplomatiques étrangères. En mai, Tunis avait ainsi négocié pendant une dizaine de jours la libération de 254 Tunisiens détenu par une milice de Fajr Libya en représailles à l'arrestation en Tunisie de l'un de ses chefs.

Un diplomate et un employé de l'ambassade tunisienne à Tripoli avaient déjà été détenus en 2014 en Libye avant d'être libérés.

Un groupe se réclamant de la branche libyenne de l'organisation jihadiste Etat islamique (EI), en plein essor en Libye, avait par ailleurs revendiqué en janvier l'assassinat de deux journalistes tunisiens, Sofiène Chourabi et Nadhir Ktari.

Depuis la chute du régime de Mouammar ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant