Libye-Un raid aérien fait deux morts sur un pétrolier grec

le
0

(Actualisé avec précisions de l'armée, réaction grecque) ATHENES, 5 janvier (Reuters) - Un raid mené par un avion des forces fidèles au gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale a fait deux morts dimanche parmi les membres d'équipage d'un pétrolier grec à l'ancre à Derna, dans l'Est. Le bateau, soupçonné d'acheminer des activistes islamistes, avait été sommé de ne pas entrer dans le port, a fait savoir l'état-major qui parle en outre d'un comportement suspect. L'Araevo, propriété de l'armateur grec Aegean Shipping Management et battant pavillon libérien comptait 26 membres d'équipage. Affrété par la compagnie pétrolière publique NOC, il venait livrer 12.600 tonnes de carburant pour des générateurs électriques. Il a été endommagé mais aucune fuite n'est à déplorer, précise l'armateur. Outre les deux morts, de nationalités grecque et roumaine, le raid a fait deux blessés. Athènes a dénoncé une "agression lâche et injustifiée". "Le gouvernement grec prendra toutes les mesures nécessaires auprès des autorités libyennes malgré les troubles pour que la toute la lumière soit faite sur ce tragique incident, pour que les assaillants soient identifiés et punis, et les familles des victimes dédommagées", dit-il, ajoutant avoir saisi l'envoyé spécial de l'Onu en Libye et l'Union européenne. Lors d'une réunion extraordinaire de la Ligue arabe, au Caire, le président du parlement libyen légitimement élu a invité les Etats membres à faire le nécessaire pour protéger les installations pétrolières. Les forces fidèles au gouvernement d'Abdallah al Thinni reconnu par la communauté internationale ont mené plusieurs raids aériens contre des sites contrôlés par le gouvernement concurrent mis en place par les forces de l'Aube de la Libye, qui se sont emparées en août dernier de Tripoli, la capitale. Les ports pétroliers sont l'un des principaux enjeux des combats. Un porte-parole du gouvernement Thinni a déclaré que le tanker convoyait des combattants islamistes. "Nous avions averti tout navire qu'il ne pouvait mouiller dans ce port sans autorisation préalable", a déclaré Ahmed Mesmari. Les deux gouvernements rivaux ont nommé chacun des responsables au ministère du Pétrole et à la NOC et revendiquent tous les deux le contrôle des gisements pétroliers du pays. (Angeliki Koutandou, avec Ulf Laessing au Caire; Pierre Sérisier, Jean-Stéphane Brosse et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant