Libye : un otage britannique enlevé en mai a été libéré

le
0
Libye : un otage britannique enlevé en mai a été libéré
Libye : un otage britannique enlevé en mai a été libéré

La Grande-Bretagne peut respirer. Un de ses ressortissants, David Bolam, retenu en otage en Libye depuis le 19 mai dans des conditions encore floues, a été libéré samedi. Sous le choc des assassinats récents de Alan Henning et David Haines par le groupe Etat islamique en Irak et en Syrie, la Grande-Bretagne s'est félicitée de cette libération dimanche. David Bolam «est en sécurité et en bonne santé» et a pu retrouver sa famille, a indiqué samedi soir le Foreign Office (ministère des Affaires étrangères), sans fournir d'autres détails sur l'identité de l'otage ou de ses ravisseurs ainsi que ses conditions de captivité.

David Bolam avait été enlevé le 19 mai à Benghazi, à l'est de la Libye, dans l'école européenne de la ville, dont il était l'un des responsables. Après l'enlèvement, les ravisseurs avaient rapidement contacté le directeur libyen de l'établissement et réclamé une rançon. Selon la BBC, de l'argent aurait d'ailleurs bien été versé pour permettre la libération de David Bolam. Mais le gouvernement britannique, qui a pour politique de ne jamais payer de rançon, ne serait pas impliqué. «Ravi que l'enseignant de Benghazi David Bolam ait été libéré», a écrit l'ambassadeur de Grande-Bretagne en Libye sur son compte Twitter. 

Delighted Benghazi Head Teacher David Bolam has been released after over 4 months in captivity #Libya http://t.co/FWGvzqTVVM-- Michael Aron (@HMAMichaelAron) 4 Octobre 2014

Peu de détails ont émergé sur l'enlèvement et la libération de David Bolam, âgé de 53 ans selon la presse britannique. Le Foreign Office et sa famille avaient réclamé le silence sur son kidnapping pour ne pas compromettre sa sécurité. Le site américain de surveillance des sites islamistes avait détecté une vidéo publiée sur YouTube le mois dernier, où David Bolam demandait au Premier ministre britannique David Cameron de favoriser sa libération.

Enlevé par l'«Armée de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant