Libye : un accord contesté signé sous l'égide de l'ONU

le
0
Libye : un accord contesté signé sous l'égide de l'ONU
Libye : un accord contesté signé sous l'égide de l'ONU

Des députés et des hommes politiques libyens ont signé jeudi au Maroc un accord parrainé par l'ONU prévoyant un gouvernement d'union nationale pour sortir le pays du chaos, malgré l'objection des deux Parlements rivaux qui l'ont rejeté d'avance.

S'inquiétant de la progression du groupe jihadiste Etat islamique (EI) dans le sud de Syrte et de la porosité des frontières permettant le départ de milliers de migrants vers l'Europe, la communauté internationale a fait le forcing pour obtenir cet accord, dont la mise en application semble cependant loin d'être acquise.

La France, la Grande-Bretagne, l'Union européenne et l'Otan ont salué l'accord, fruit des efforts de l'ONU déployés depuis le début de l'année. Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est plongée dans la tourmente avec des combats entre milices armées et deux Parlements et gouvernements se disputant le pouvoir.

Un gouvernement d'union nationale basé à Tripoli

L'accord a été signé par des membres des Parlements rivaux -l'Assemblée basée à Tobrouk (est) et reconnue par la communauté internationale et le Congrès général national (CGN) siégeant à Tripoli- ainsi que par des hommes politiques et des représentants de la société civile.

L'accord prévoit la mise en place d'un gouvernement d'union nationale basé à Tripoli, dirigé par l'homme d'affaires Fayez el-Sarraj et composé de 17 ministres dont deux femmes. Il stipule aussi l'établissement d'un conseil présidentiel pour une période de transition de deux ans qui devra s'achever par des élections législatives. L'émissaire de l'ONU Martin Kobler a notamment appelé le nouveau gouvernement «à s'attaquer d'urgence aux préoccupations des parties qui se sentent marginalisées».

L'un des signataires de l'accord, Saleh el-Makhzoum, qui s'est présenté comme un représentant du CGN, a parlé «d'un tournant décisif (...) sur la voie de la construction de l'Etat» et d'un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant