Libye : plus de 30 morts dans des attentats-suicide revendiqués par Daech

le
0
Libye : plus de 30 morts dans des attentats-suicide revendiqués par Daech
Libye : plus de 30 morts dans des attentats-suicide revendiqués par Daech

Un triple attentat a fait plusieurs dizaines de morts et de blessés ce vendredi dans la ville d'Al-Qoba, dans l'est de la Libye. Des voitures ont explosé respectivement près du commissariat de police de la ville, d'une station-service et de la maison du président du Parlement libyen, Aguila Salah Issa. Un dernier bilan fait état d'au moins 31 morts et 40 blessés.

Le responsable de sécurité n'a pas été en mesure de préciser dans l'immédiat s'il s'agissait d'attentats suicide ou de voitures piégées. Des secouristes ont précisé que la plupart des victimes se trouvaient à la station-service, où des dizaines de véhicules faisaient la queue pour se ravitailler en essence, en raison d'une pénurie de carburant dans la ville. Ils ont ajouté que le président du Parlement, basé à Tobrouk, plus à l'est, n'était pas dans sa maison au moment de l'attaque.

La branche libyenne du groupe de l'Etat islamique (EI) a revendiqué les attentats perpétrés vendredi à Al-Qoba, dans l'est libyen, précisant que les attaques avaient été menées par deux kamikazes. Dans un bref communiqué signé par sa filiale de la Cyrénaïque (région orientale de la Libye), le groupe dit avoir voulu «venger le sang de nos musulmans à Derna».

La ville d'Al-Qoba est située à une trentaine de kilomètres de Derna, fief des jihadistes en Libye. Elle est contrôlée par les forces loyales au général controversé Khalifa Haftar et au Parlement reconnu par la communauté internationale. L'Egypte a mené des raids aériens contre des positions de Daech à Derna, en représailles à la décapitation de 21 chrétiens coptes, en majorité égyptiens, par le groupe jihadiste.

La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi, les autorités ne parvenant pas à contrôler les dizaines de milices formées d'ex-insurgés qui font la loi face à une armée et une police régulières divisées et affaiblies.

Près de 200 Egyptiens ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant