Libye : Paris conditionne le départ des alliés à un dialogue

le
0
Tandis que le fils de Kadhafi affirme que la France négocie directement avec Tripoli l'issue du conflit, Paris dément et parle de «messages» transmis via le Conseil national mis en place par la rébellion.

Quatre mois après le début de l'intervention de l'Otan en Libye, la France estime que l'heure du règlement politique du conflit a sonné. Paris a laissé entendre dimanche que l'intervention alliée prendrait fin avec la mise en place d'un dialogue entre le régime et les rebelles du Conseil national de transition (CNT), la voie des armes n'ayant pas permis jusqu'à présent de règler le conflit.

«Nous avons arrêté la main qui avait frappé. Il va falloir se mettre maintenant autour d'une table», a déclaré le ministre de la Défense Gérard Longuet sur BFM-TV. «On s'arrête de bombarder dès que les Libyens parlent entre eux et que les militaires de tous bords rentrent dans leur caserne. Ils peuvent parler entre eux puisqu'on apporte la démonstration qu'il n'y pas de solution de force».

Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, a précisé dimanche que le début de ces négociations ne pouvait se faire qu'avec «un cessez-le-feu qui en soit véritablement un, sous

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant