Libye : les rebelles hésitent aux portes de Bani Walid

le
0
Le CNT craint que les civils de cette ville fidèle à Kadhafi ne soient utilisés comme boucliers humains. Quant à Mouammar Kadhafi, son porte-parole affirme qu'il est en «bonne santé».

 

• Bani Walid : aller de l'avant ou rester sur place

À 170 kilomètres au sud-est de Tripoli, les combattants rebelles s'impatientaient lundi soir aux portes de Bani Walid, ville fidèle au colonel Kadhafi qu'ils encerclent. La veille, les négociations pour une reddition pacifique avaient échoué.

«Nous attendons toujours la décision du Conseil national de transition (CNT). Ils ne veulent plus de sang», a déclaré à la presse le commandant opérationnel sur ce front. «Il y a un débat entre les combattants pour savoir s'il faut aller de l'avant ou rester sur place», a complété un responsable du «ministère» de la Défense. Les nouvelles autorités s'inquiètent en effet que des civils soient utilisés comme «boucliers humains» par les pro-Kadhafi.

Selon le négociateur en chef du CNT pour la reddition de la ville, «les soldats de Kadhafi ont fermé les portes de la ville et ne laissent plus passer les familles. Ca nous inquiète, on ne veut pas tuer de civils dans u

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant