Libye-Les Occidentaux inquiets des tensions autour d'un terminal

le
0
 (Actualisé avec précisions, contexte) 
    PARIS, 10 août (Reuters) - Six pays occidentaux ont exprimé 
mercredi leur préoccupation face aux tensions autour du terminal 
pétrolier libyen de Zueitina, convoité par des factions rivales, 
estimant que son contrôle devait revenir au gouvernement 
internationalement reconnu du pays. 
    Dans une déclaration commune, la France, l'Allemagne, 
l'Espagne, les Etats-Unis, l'Italie et le Royaume-Uni "expriment 
leur préoccupation face à la tension croissante signalée près du 
terminal pétrolier de Zueitina, sur la côte centrale de la 
Libye". 
    "Ils soulignent que le contrôle de toutes les installations 
doit revenir sans condition préalable, sans réserve ni délai aux 
mains des autorités nationales légitimes reconnues comme telles 
par la résolution 2259 (2015) du conseil de sécurité des Nations 
unies", peut-on lire dans un communiqué du Quai d'Orsay.  
    La compagnie pétrolière libyenne NOC (National Oil 
Corporation) s'est inquiétée dimanche d'informations faisant 
état d'un conflit "imminent" entre deux factions armées, l'armée 
nationale libyenne (LNA) et la Garde des installations 
pétrolières (Petroleum Facilities Guard, PFG), à Zueitina.  
    Le gouvernement d'union nationale (GNA), basé à Tripoli et 
reconnu par la communauté internationale, a signé un accord en 
juillet avec la PFG qui contrôlait les terminaux pétroliers de 
Ras Lanouf, Es Sider et Zueitina. 
    Mais la LNA, commandée par le général Haftar qui appuie le 
gouvernement de Tobrouk, refuse de reconnaître la légitimité de 
Tripoli et estime que l'accord doit également être validé par 
les autorités de l'est du pays.  
    Depuis 2011, la production de pétrole libyenne s'est 
effondrée et représente désormais moins d'un quart du niveau 
d'avant la chute du régime de Mouammar Kadhafi. Elle s'élevait 
alors à 1,6 million de barils par jour. 
    "La reprise des exportations de pétrole est cruciale pour 
générer les revenus permettant de pourvoir aux besoins 
essentiels du peuple libyen, notamment en électricité, soins de 
santé et infrastructures", soulignent les six pays occidentaux.  
    "Il est dans l'intérêt de tous les Libyens d'apporter leur 
plein soutien aux efforts menés par le gouvernement d'entente 
nationale pour fournir ces services de base au peuple libyen." 
 
 (Marine Pennetier, édité par Yann Le Guernigou) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant