Libye-Les contre-attaques de l'EI repoussées aux abords de Syrte

le
0
    TRIPOLI, 15 juin (Reuters) - Les forces favorables au 
gouvernement d'union libyen ont annoncé mercredi avoir consolidé 
leurs positions en lisière de Syrte, repoussant les 
contre-attaques des djihadistes du groupe Etat islamique (EI) 
retranchés dans cette ville côtière. 
    Les djihadistes contrôlent toujours dans le secteur de Syrte 
une zone de cinq kilomètres sur cinq, leur dernier gros bastion 
en Libye, menacé par l'offensive lancée il y a un mois par des 
brigades venues de la ville de Misrata, lesquelles soutiennent 
le gouvernement d'entente nationale (GNA). 
    Les forces libyennes ont fait échec à une tentative de l'EI 
de reprendre le port de la ville, dont les djihadistes ont perdu 
le contrôle la semaine dernière, et un kamikaze s'est fait 
exploser à bord d'une voiture piégée dans le quartier "700" où 
avaient lieu des affrontements, ont déclaré mercredi un 
porte-parole des brigades, Rida Issa, et une source proche des 
services de sécurité. 
    L'offensive a permis aux forces favorables au gouvernement 
d'union de reconquérir rapidement des positions le long de la 
route côtière à l'ouest de Syrte et d'atteindre les faubourgs de 
la ville, d'où était originaire le colonel Kadhafi, dont le 
régime est tombé à la suite d'un soulèvement début 2011. 
    Les brigades ont indiqué mercredi dans un communiqué 
qu'elles avaient, la veille, "résisté à des attaques de l'Etat 
islamique, appuyées par des tirs de mortier et de chars, et par 
des snipers positionnés au sommet d'immeubles". 
    Les brigades disent avoir entrepris de débarrasser des mines 
et des explosifs les secteurs désormais sous leur contrôle. 
    Cinq membres des brigades ont été tués et plus de 30 autres 
blessés mardi, ont déclaré des responsables. Plus de 120 autres 
membres des brigades ont péri en un mois d'affrontements et au 
moins 500 autres ont été blessés. 
    Les brigades assurent avoir infligé de lourdes pertes aux 
djihadistes, qui seraient encore plusieurs centaines retranchés 
dans Syrte, dont la majeure partie des habitants ont fui. 
 
 (Ahmed Elumami; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant