Libye : la communauté internationale prête à lever l'embargo sur les armes

le
0
Libye : la communauté internationale prête à lever l'embargo sur les armes
Libye : la communauté internationale prête à lever l'embargo sur les armes

Afin d'aider le gouvernement d'union nationale établi récemment sous l'égide de l'ONU et dont la mission reste difficile face à l'hostilité d'une majeure partie de la population, les Etats-Unis et les grandes puissances entrent en piste. Réunis lundi, à Vienne, ils ont dit être favorables à une levée de l'embargo de l'ONU sur les ventes d'armes à la Libye. Ils se disent aussi «prêts» à répondre aux demandes de ce gouvernement d'union nationale pour s'armer en vue de lutter contre la menace djihadiste.

Dans un communiqué final, les ministres des Affaires étrangères de ces puissances occidentales ont affirmé que la communauté internationale «soutiendra totalement les efforts» du nouvel exécutif libyen qui va demander la levée de cet embargo et est «prête à répondre aux demandes du gouvernement libyen en vue d'entraîner et d'équiper la garde présidentielle et les forces autorisées».

Les diplomaties européennes, des Etats-Unis et des pays voisins de la Libye tentent ce lundi à Vienne de définir une stratégie pour enrayer le chaos qui règne dans ce pays miné par les divisions politiques et la menace djihadiste. Plus de vingt délégations ont répondu présentes à cette réunion, présidée par le chef de la diplomatie italienne Paolo Gentiloni et le secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui s'est déroulée dans un palace viennois.

Cette rencontre se déroule à un moment crucial. D'une part les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont récemment étendu leur influence à l'ouest de la ville libyenne de Syrte qu'ils contrôlent depuis juin 2015. D'autre part, le gouvernement d'union nationale parrainé par l'ONU peine à asseoir son autorité, plus d'un mois et demi après avoir pris ses fonctions à Tripoli.

«Les possibilités de ce gouvernement restent limitées tant que les conflits internes, la compétition entre deux pouvoirs rivaux ne sont pas surmontés», a reconnu le chef de la diplomatie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant