Libye : dix morts et des dizaines de migrants disparus après un nouveau naufrage

le
0
Libye : dix morts et des dizaines de migrants disparus après un nouveau naufrage
Libye : dix morts et des dizaines de migrants disparus après un nouveau naufrage

Le nombre de migrants morts en mer Méditerranée ne cesse de croître. Un nouveau drame est survenu au large des côtes libyennes jeudi. Au moins dix migrants africains sont morts et des dizaines d'autres sont portés disparus. Un naufrage qui s'ajoute à une longue liste : depuis le début de l'année, plus de 3 000 personnes en quête d'Europe sont morts dans les eaux de la Grande bleue. 

La marine libyenne a secouru 80 à 90 personnes parmi les 170 à 180 personnes qui étaient montées à bord de l'embarcation ayant fait naufrage. Dix corps ont été repêchés. Le bateau s'était retourné quelques minutes avant à moins de 5 km des côtes de la Libye. L'officier des garde-côtes n'a pas été en mesure de donner des précisions sur les nationalités des victimes et des survivants.

La Libye est un pays de transit vers les côtes européennes pour des centaines de milliers de migrants essentiellement venus d'Afrique noire. Une fois sur les côtes libyennes, ils s'entassent dans des embarcations de fortune pour tenter la périlleuse traversée de la Méditerranée vers Malte ou l'île italienne de Lampedusa, au sud de la Sicile.

Tripoli réclame de l'aide à l'Europe

Profitant du relâchement de la surveillance des côtes de la Libye, pays plongé dans le chaos et où le gouvernement n'exerce qu'une autorité théorique, les passeurs se font nombreux pour proposer aux migrants la traversée de la Méditerranée. Ils perçoivent d'importantes sommes d'argent des candidats à l'immigration avant de les livrer à la mer sur des embarcations souvent totalement inadaptées, parfois de simples canoës gonflables.

Depuis des années et avant même la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, Tripoli n'a cessé de demander l'aide de l'Europe pour tenter d'arrêter le flux des immigrés. Les gardes-côtes libyens se plaignent par ailleurs du manque de moyens financiers et matériels pour mener des opérations de surveillance ou de sauvetage, en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant