Libye : combats à Tripoli pour le contrôle de l'aéroport

le
0
Libye : combats à Tripoli pour le contrôle de l'aéroport
Libye : combats à Tripoli pour le contrôle de l'aéroport

Des affrontements opposaient ce dimanche des groupes armés autour de l'aéroport de Tripoli (Libye). «Des roquettes ont explosé dans le périmètre de l'aéroport vers 6 heures. Des affrontements ont suivi entre des ex-rebelles de Zenten (une ville à 170 km au sud-ouest de Tripoli), qui contrôlent l'aéroport, et d'autres groupes qui veulent les chasser», a expliqué une source aéroportuaire, précisant que «les vols ont été suspendus» pour au moins trois jours. 

Des tirs d'armes lourdes ont été entendus depuis le centre-ville. Au moins six personnes ont été tuées et 25 autres blessées dans les affrontements pour le contrôle de l'aéroport, selon le ministère de la Santé. Le porte-parole n'a pas précisé si les victimes étaient des civils ou des hommes armés. Un précédent bilan faisait état de un mort et quinze blessés.

Ces affrontements interviennent après des appels lancés sur les réseaux sociaux par des milices islamistes pour chasser les ex-rebelles de Zenten des sites qu'ils occupent à Tripoli, dont l'aéroport, situé à 25 km de la capitale. L'attaque contre l'aéroport a été revendiquée notamment par la Cellule des opérations des révolutionnaires de Libye, composée de plusieurs milices islamistes, considérées comme le bras armé du courant islamiste en Libye. L'attaque a été repoussée par les Zentanis, mais des affrontements étaient toujours en cours autour d'autres sites qu'ils occupent, en particulier sur la route de l'aéroport.

Réunion des pays voisins

Les affrontements de dimanche illustrent la faiblesse des autorités de transition, dans l'incapacité de dissoudre ni même de désarmer les groupes d'ex-rebelles qui font désormais la loi dans le pays. Depuis la chute de l'ancien dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, en octobre 2011, l'aéroport de Tripoli est sous le contrôle d'ex-rebelles de Zenten. Bien implantées dans la capitale, les Zentanis contrôlent aussi plusieurs sites militaires sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant