Libye : Berlin reproche à Nicolas Sarkozy de faire cavalier seul

le
0
Sévèrement critiqué outre-Rhin comme dans les cercles du pouvoir en France, le refus de l'Allemagne de soutenir l'intervention internationale en Libye a provoqué un vigoureux coup de froid entre Paris et Berlin.

L'exercice est quelque peu douloureux et pénible. Et pourtant les chaînes de télévision allemandes ne s'en lassent pas. En direct de Tripoli, l'envoyé spécial de la chaîne allemande affirme que son pays y est applaudi. Puis celui à Benghazi assène que Berlin et les dirigeants allemands y sont honnis. Et le présentateur de s'interroger sur les choix de la diplomatie allemande, qui s'est retrouvée dans le «mauvais camp». Humiliée et isolée, la coalition d'Angela Merkel s'irrite de l'attitude de la France et du «cavalier seul» de Nicolas Sarkozy, qui a poussé Berlin sur la touche.

Sévèrement critiqué outre-Rhin comme dans les cercles du pouvoir en France, le refus de l'Allemagne de soutenir l'intervention internationale en Libye a provoqué un vigoureux coup de froid entre Paris et Berlin. «La politique étrangère de l'Allemagne est une farce», écrivait mardi l'ancien ministre des Affaires étrangères Joschka Fischer, dans une tribune au vitriol dans la Süddeutsc...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant