Libye : au moins 35 soldats tués à Benghazi, la France a évacué ses ressortissants

le
0
Libye : au moins 35 soldats tués à Benghazi, la France a évacué ses ressortissants
Libye : au moins 35 soldats tués à Benghazi, la France a évacué ses ressortissants

Trente-cinq corps de soldats ont été retirés ce mercredi d'une base militaire prise par les islamistes. Trois ans après la chute du régime de Kadhafi, le pays peine à sortir de la violence meurtrière : incendies de deux importants dépôts de carburant à Tripoli et chaos à Benghazi dans l'est où les islamistes ont pris, mardi, la principale base militaire.

Là, le Croissant rouge libyen a annoncé mercredi avoir «réussi jusqu'ici à retirer 35 corps. Mais il y en a plus» dans le quartier de Bouatni, où est située la base ainsi que plusieurs autres casernes de l'unité des Forces spéciales de l'armée libyenne. D'autres attaques meurtrières entre milices rivales ont lieu également à Zenten, à 145 km au sud-ouest de Tripoli..

Le gouvernement, qui ne trouve pas sa légitimité aux yeux de plusieurs tribus, semble incapable de ramener le calme. Il a demandé de l'aide à plusieurs pays, mais leur réponse est supendue à l'arrêt des combats entre les milices qui ont fait plus d'une centaine de morts et provoqué d'importants dégâts près de l'aéroport et autour de la capitale, notamment. Attestant du chaos dans lequel est plongé le pays, une infirmière philippine a été enlevée par un groupe armé pendant quelques heures à Tripoli et violée. Ce viol a poussé plusieurs médecins philippins à quitter l'hôpital. Plus de 3 000 médecins et infirmiers philippins travaillent dans le médical en Libye.

Face à cette dégradation de la situation, la France a évacué une cinquantaine de ses ressortissants, ainsi qu'«un certain nombre» de Britanniques de Libye, «par bateau», a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, lors de son compte-rendu du Conseil des ministres. L'ambassade de France a recensé et rassemblé 55 Français.

Dès lundi, Paris avait demandé à ses ressortissants en Libye de quitter le pays devant la dégradation de la situation sécuritaire. Ces derniers étaient ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant