Libye-Attentats près des ambassades d'Egypte et des EAU

le
0

(Actualisé avec explosion près de l'ambassade des EAU) TRIPOLI, 13 novembre (Reuters) - Des bombes ont explosé jeudi près de l'ambassade d'Egypte et de celle des Emirats arabes unis (EAU) dans la capitale libyenne, Tripoli, mais on ne signalait aucune victime ni dégâts importants dans l'immédiat. Ces explosions font suite à la série d'attentats à la voiture piégée commis mercredi, essentiellement dans des villes sous le contrôle du gouvernement reconnu par la communauté internationale, qui siège à Tobrouk, dans l'est du pays, mais dont la légitimité est contestée par un gouvernement rival installé à Tripoli. L'Egypte et les Emirats arabes unis font partie des pays qui ont retiré une partie au moins de leur personnel diplomatique de Tripoli depuis les combats qui ont opposé cet été plusieurs milices rivales pour le contrôle de la capitale libyenne. Un journaliste de Reuters a rapporté que la bombe qui a explosé près de l'ambassade égyptienne avait endommagé des bâtiments et des magasins, mais il n'était pas possible de dire si l'ambassade elle-même avait été touchée. On ignorait dans l'immédiat si les ambassades étaient les cibles précises des attentats et si des personnels de sécurité s'y trouvaient au moment des explosions. Trois ans après la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye reste plongée dans le chaos, diverses factions armées se disputant le pouvoir et le contrôle des ressources pétrolières. L'une de ces milices, originaire de la ville de Misrata, a pris Tripoli cet été et y a installé son propre gouvernement et un parlement, forçant les parlementaires élus et le cabinet du Premier ministre Abdallah al Thinni à se réfugier à Tobrouk. Les deux camps s'accusent mutuellement de rechercher le soutien des puissances régionales voisines. Les rivaux d'Abdallah al Thinni reprochent à l'Egypte de soutenir à un ancien général, Khalifa Haftar, qui a pris la tête d'une campagne visant à chasser les milices islamistes de la ville de Benghazi, dans l'est. Les efforts entrepris par les Nations unies pour tenter une médiation entre les factions rivales sont pour l'instant restés sans effet. (Bureau de Tripoli; Eric Faye et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant