Libre-échange : Obama très motivé, mais le Trésor freine sur la finance

le
0
Le projet de zone de libre-échange transatlantique est défendu par le président américain. » Accord de libre-échange UE-États-Unis : la France prête à mettre son veto

Loin de se battre pour exclure d'emblée tel ou tel secteur de la discussion, les lobbys qui façonnent la politique au Congrès se sont largement ralliés au projet de zone de libre-échange transatlantique défendu par Barack Obama.

Même la centrale syndicale AFL-CIO soutient l'Administration Obama sur ce dossier, mais à condition que «l'accord ne soit pas utilisé pour déréguler ou diminuer les normes élevées de protection sociale et de protection de l'environnement» en vigueur. L'AFL-CIO s'inquiète de l'attrait exercé sur certains industriels américains par des pays de l'Union européenne comme la Roumanie, la Bulgarie, Chypre, la Pologne et la Slovaquie, où les normes lui paraissent moins strictes.

Dans ce dossier, les syndicats américains ont deux vaches sacrées: d'abord le Jones Act...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant