Libéré, Christophe Rocancourt va écrire un livre

le
0

PARIS (Reuters) - Christophe Rocancourt, condamné vendredi à seize mois de prison, dont huit ferme, pour abus de faiblesse sur la cinéaste Catherine Breillat, a annoncé samedi son intention d'écrire un livre sur cette histoire teintée selon lui "d'une certaine injustice".

Célèbre dans le monde entier pour avoir escroqué dans les années 1990 des stars de Hollywood, Christophe Rocancourt est sorti vendredi soir de la maison d'arrêt de la Santé à la faveur d'un aménagement de peine.

"Je suis un peu fatigué, ça a été un dur combat mais je suis content d'être dehors, content d'être libre, enfin partiellement libre", a-t-il déclaré au micro de France Info.

A l'audience, sa défense avait plaidé la relaxe, soutenant qu'il n'y avait pas abus de faiblesse mais une "amitié amoureuse" qui aurait mal tourné.

"On va faire un livre sur toute cette aventure parce qu'elle mérite d'être racontée, particulièrement celle-là parce qu'elle est teintée d'une certaine injustice, il n'y avait pas cet abus de faiblesse, il n'existait pas", a déclaré Christophe Rocancourt.

"Je vais faire ce livre. Je ne vais même pas le faire pour le fric, je vais le faire pour dire les choses comme elles sont."

Le tribunal correctionnel de Paris a en outre contraint ce Français de 44 ans à rembourser 578.000 euros, alors qu'on lui reprochait d'avoir extorqué à sa victime 703.000 euros.

"On enverra 20 euros par mois (...) sans doute après ma mort aussi", a-t-il dit.

Interrogé sur la cinéaste française, Christophe Rocancourt a répondu: "C'est quelqu'un que j'aime bien, que je trouve assez intéressant intellectuellement mais sa démarche était pitoyable, particulièrement malsaine. Je lui souhaite un peu de bonheur, je pense qu'elle était très malheureuse."

Catherine Breillat a écrit un livre sur sa mésaventure, intitulé "Abus de faiblesse", et prépare un film avec Isabelle Huppert dans son rôle et le rappeur Kool Shen.

Quand elle a approché Christophe Rocancourt en 2007, elle rêvait, a-t-elle dit, de lui donner le premier rôle masculin dans un film avec le mannequin Naomi Campbell qui se serait appelé "Bad Love".

L'escroc aurait selon la cinéaste profité de son état de faiblesse d'alors, provoqué par un accident vasculaire cérébral survenu en 2005, et l'isolement qui en avait résulté.

Marine Pennetier avec Thierry Lévêque

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant