Libération de Serge Lazarevic : l'hypothèse d'un échange contre ses ravisseurs

le
0
Libération de Serge Lazarevic : l'hypothèse d'un échange contre ses ravisseurs
Libération de Serge Lazarevic : l'hypothèse d'un échange contre ses ravisseurs

Serge Lazarevic a été libéré ce mardi, après plus de trois ans de détention par Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) dans le Sahel. «La libération a eu lieu sur le territoire malien dans la région de Kidal» (nord du Mali), selon une source sécuritaire malienne. Sur les raisons qui ont permis à cet heureux dénouement, Paris reste évasif. «Il y a eu pendant de très longs mois des discussions et ce sont les autorités du Niger qui une fois encore nous ont permis, avec celles du Mali, d'obtenir cette libération», s'est contenté d'expliquer François Hollande.

Cette libération est le résultat «d'efforts intenses» du Niger et du Mali, a indiqué de son côté la présidence nigérienne. Mahamadou Issoufou a salué «l'engagement et le professionnalisme dont ont su faire preuve les services nigériens et maliens». Plusieurs médias ont, eux, évoqué un échange de prisonniers. Le versement d'une rançon, bien que démenti par la France, fait aussi partie des pistes possibles pour expliquer la libération de Serge Lazarevic.

VIDEO. Serge Lazarevic libéré : la réaction des Français

Le silence radio de la France. Paris n'a donné aucun détail sur les circonstances de la libération de Serge Lazarevic. «Il faut que les Français prennent bien conscience que ces questions d'otages sont extrêmement douloureuses», a expliqué le président de la République. Le 17 novembre 2014, l'otage français était apparu dans une vidéo diffusée par ses ravisseurs. «Vous avez libéré tous les otages, je suis le dernier, lançait-il au gouvernement français. J'espère ne pas être le 8e otage français à être tué dans le Sahel.» Après avoir salué sa famille, il demandait «au peuple français de tout faire pour sa libération».

Mardi, à l'Assemblée nationale, le Premier ministre Manuel Valls a rappelé que «la France n'abandonne pas et n'abandonnera jamais ses ressortissants», sans en dire davantage.

VIDEO. L'Assemblée ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant