Libération de Cottrez, soupçonnée d'infanticides dans le Nord

le
0

LILLE (Reuters) - La défense de Dominique Cottrez, une femme soupçonnée d'avoir tué huit de ses nouveau-nés à Villers-au-Tertre (Nord) et libérée jeudi soir, compte faire valoir lors de son procès la prescription pour sept de ces infanticides commis avant 2000.

L'ancienne aide-soignante âgée de 48 ans, qui était détenue depuis deux ans, a été placée sous contrôle judiciaire par la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Douai.

En juillet 2010, huit corps de bébés avaient été découverts au domicile du couple Cottrez, faisant de cette affaire d'infanticides la plus grave connue en France.

"Ma cliente était très émue quand elle est sortie. Elle était pressée de retrouver son mari et ses deux enfants. On est très satisfaits de cette décision car c'était un combat que l'on menait depuis plus de trois mois", a dit Me Marie-Hélène Carlier, l'un des avocats de Dominique Cottrez.

La défense entend exploiter le fait qu'en matière criminelle la prescription est de dix ans.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Douai avait rejeté à trois reprises les demandes de libération effectuées par les avocats de Dominique Cottrez.

Cette dernière a désormais l'obligation de poursuivre les soins psychologiques et psychiatriques entrepris en maison d'arrêt et de se rendre tous les 15 jours dans un commissariat pour pointer. Il lui est interdit de quitter la France.

En attendant son procès, qui pourrait avoir lieu à l'horizon 2014 selon Me Carlier, elle résidera dans la région, à une adresse gardée secrète.

Fanny Betrand, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant