Libération de cadres de la Seita retenus par des grévistes

le
1
LIBÉRATION DE CADRES DE LA SEITA RETENUS PAR DES GRÉVISTES
LIBÉRATION DE CADRES DE LA SEITA RETENUS PAR DES GRÉVISTES

NANTES (Reuters) - Cinq cadres de la Seita retenus depuis mercredi après-midi par des salariés en grève de l'usine de Carquefou (Loire-Atlantique), près de Nantes, ont été relâchés jeudi, a dit à Reuters le secrétaire CGT du comité d'entreprise, Michel Laboureur.

Les salariés, qui bloquent depuis lundi la plus grosse usine française de cigarettes pour protester contre sa fermeture, réclamaient le paiement de leurs "absences non autorisées" et "l'arrêt des pressions" à leur encontre.

L'usine de Carquefou emploie 327 personnes.

Selon Ouest-France, le procureur de Nantes avait l'intention de dépêcher un huissier pour faire constater la "séquestration" des cinq cadres locaux de la Seita, qui ont finalement été relâchés.

Leur rétention survenait alors qu'Imperial Tobacco, propriétaire de l'ancienne régie publique, a annoncé en avril la fermeture du site de Carquefou ainsi que celle de son centre de recherche et développement de Bergerac (Dordogne), où travaillent une trentaine de personnes.

Le groupe britannique, qui a lancé un vaste plan d'économies face au déclin de ses ventes en Europe, va également fermer son usine historique de Nottingham (Royaume-Uni).

La réorganisation du groupe vise à "sauvegarder la compétitivité" du fabricant de cigarettes, qui se dit confronté à "un important ralentissement de la demande de tabac, l'accroissement de la pression réglementaire et l'explosion de la contrebande et de la contrefaçon".

Outre une petite filiale en Corse, le fabricant de cigarettes ne conserve en France que son usine de Riom (Puy-de-Dôme), où travaillent 224 personnes.

La Seita dispose par ailleurs toujours d'une plate-forme logistique au Havre (Seine-Maritime) et d'un centre de recherche et développement près d'Orléans (Loiret), qui emploient chacun une centaine de personnes.

(Guillaume Frouin, édité par Chine Labbé)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • NYORKER le jeudi 29 mai 2014 à 15:44

    Manifester pour continuer à empoisonner , c'est bien ! La morale, on s'assoie dessus