Libération d'une Russe accusée de trahison au sujet de l'Ukraine

le
0

MOSCOU, 3 février (Reuters) - Les autorités russes ont libéré sous conditions une militante accusée de haute trahison parce qu'elle avait téléphoné à l'ambassade d'Ukraine à Moscou pour avertir que des troupes russes se dirigeaient sans doute vers l'est de l'Ukraine, a déclaré mardi son mari. Les enquêteurs ont accepté de remettre en liberté Svetlana Davidova, âgée de 37 ans et mère de sept enfants, tout en imposant des restrictions à ses déplacements. Elle est toujours passible d'une peine allant jusqu'à vingt ans de prison si elle est reconnue coupable de haute trahison. Svetlana Davidova avait été arrêtée à son domicile de Viazma, à 250 km de Moscou, le 21 janvier, et placée en détention dans la capitale. Son mari a indiqué qu'au vu du compte rendu d'arrestation, elle aurait passé un coup de téléphone à l'ambassade d'Ukraine après avoir surpris une conversation entre militaires sur l'envoi en Ukraine de troupes stationnées dans une base des environs. Ella Pamfilova, commissaire russe aux droits de l'homme, avait demandé lundi au procureur général de Russie et au chef des services de sécurité fédéraux de libérer Svetlana Davidova en l'attente de son procès. (Gabriela Baczynska et Denis Dyomkin; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant