Libération d'un opposant au Venezuela

le
0
    CARACAS, 18 novembre (Reuters) - L'opposant vénézuélien 
Rosmit Mantilla, accusé d'avoir fomenté des manifestations 
violentes en 2014, a été libéré vendredi par les autorités en 
guise de geste de bonne volonté. 
    Mais l'opposition, qui fait de la libération de la centaine 
d'opposants une condition à la tentative de dialogue amorcé avec 
le pouvoir sous l'égide du Vatican, a estimé que la mesure était 
insuffisante. 
    "Je garde l'espoir que mes camarades qui sont toujours 
derrière les barreaux seront bientôt libérés", a dit Mantilla.  
    Membre du parti Volonté populaire, figure de l'opposition 
radicale, Mantilla, âgé de 33 ans, a ajouté qu'il allait se 
faire opérer de problèmes de vésicule. Son séjour en prison, 
a-t-il dit, a été difficile. "Je vais me reposer quelques jours 
après l'opération, mais mon engagement pour la liberté de tous 
les Vénézuéliens reste fort", a-t-ajouté. 
    L'étudiant en journalisme avait été arrêté en mai 2014 pour 
avoir financé en partie les violentes manifestations contre le 
président Nicolas Maduro qui ont fait 43 morts lors 
d'affrontements entre émeutiers et forces de l'ordre. 
    Pendant son incarcération, il a été élu suppléant à 
l'Assemblée nationale lors des élections de l'an dernier. 
    "Il n'aurait jamais dû passer une seule seconde derrière les 
barreaux", a réagi Amnesty International dans un communiqué, 
saluant sa libération et appelant les autorités vénézuéliennes à 
poursuivre sur cette voie.  
    "Les autorités doivent libérer tous les militants et 
dirigeants politiques emprisonnés dont le seul 'crime' a été 
d'être en désaccord avec le gouvernement", poursuit Amnesty. 
 
 (Andrew Cawthorne et Diego Oré; Henri-Pierre André pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant