Libération d'un défenseur syrien des droits de l'homme détenu depuis 2012

le
0

(Actualisé avec réaction) BEYROUTH, 10 août (Reuters) - L'opposant et militant syrien des droits de l'homme Marzen Darwish, emprisonné en février 2012, au début de la crise syrienne, a été libéré lundi dans l'attente de son procès, a annoncé son épouse. "Nous ne disons pas qu'il est libre, il y a encore un procès", a déclaré Yara Badr à Reuters, ajoutant que l'opposant était convoqué devant un tribunal à la fin du mois. Marzen Darwish, qui est âgé de 41 ans, est le fondateur du Centre syrien pour les médias et la liberté d'expression (SCM). Arrêté et détenu en vertu des lois antiterroristes, il est accusé de propagande. Arrêtés simultanément, deux autres militants du SCM, Hani al Zaitani et Hussein Ghrer, ont été libérés le mois dernier. Depuis leur arrestation, la Syrie a basculé dans une guerre civile aux fronts multiples qui a fait quelque 250.000 morts. Nadim Houry, directeur adjoint pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord de l'organisation Human Rights Watch (HRW)n s'est réjoui de sa libération. "Toutes les charges pesant contre lui devraient être à présent abandonnées", a-t-il ajouté. "La Syrie a plus que jamais besoin de la voix de militants pacifistes comme Mazen Darwish." A Paris, l'association Reporters sans Frontières (RSF), a fait part de son soulagement. "Mazen Darwish, lauréat du prix RSF, est un symbole fort de la résistance à un régime qui n'a de cesse d'étouffer l'information indépendante et de faire passer sous silence les violations des droits de l'homme", a réagi Christophe Deloire, le secrétaire général de RSF, appelant lui aussi à l'abandon des charges de terrorisme. (Tom Perry; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant