Liberation accordee a Noriega en France, extradition en vue

le
0

PARIS (Reuters) - Un juge de Paris a accepte vendredi la demande de liberation conditionnelle de l'ancien dictateur du Panama Manuel Noriega, qui purgeait une peine de sept ans de prison pour blanchiment d'argent provenant du trafic de drogue, a dit a Reuters son avocat Yves Leberquier.

Cette mesure est executoire au 1er octobre et elle est assortie d'une expulsion du territoire, ce qui peut permettre en principe l'extradition du condamne vers le Panama, ou d'autres sanctions judiciaires l'attendent.

Un ultime imbroglio demeure cependant car, si les autorites francaises ont deja notifie le 29 juillet a l'ex-dictateur, incarcere a Paris, un decret d'extradition vers ce pays dans une premiere affaire d'assassinat, une seconde demande a ete deposee par le Panama dans un autre dossier criminel.

Cette seconde demande est en cours d'examen par la cour d'appel de Paris qui a repousse sa decision au 16 novembre en attendant le resultat de demandes procedurales aux Etats-Unis.

Manuel Noriega souhaite cependant rentrer des que possible chez lui, a dit son avocat. "Nous souhaitons que la premiere demande d'extradition soit executee et demandons au parquet general d'y proceder", a-t-il dit.

Chasse du pouvoir au Panama en 1989 apres une intervention militaire americaine, Manuel Noriega, aujourd'hui age de 77 ans, avait ete extrade des Etats-Unis vers la France le 26 avril 2010 avant d'etre condamne le 7 juillet 2010 a sept ans de prison.

Compte tenu d'une periode sous ecrou extraditionnel purgee aux Etats-Unis, la sanction est consideree comme purgee.

L'ancien dictateur, emprisonne durant une vingtaine d'annees aux Etats-Unis pour trafic de drogue, a ete condamne dans son pays par defaut a des peines de prison pour le meurtre de deux opposants politiques.

Thierry Leveque, edite par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant