Liban : une armée en guerre contre le groupe État islamique

le
0
Les funérailles le 4 août 2014 du colonel Nour Eddine al-Jamal, tué lors de combats entre l'armée libanaise et des rebelles syriens à Ersal.
Les funérailles le 4 août 2014 du colonel Nour Eddine al-Jamal, tué lors de combats entre l'armée libanaise et des rebelles syriens à Ersal.

Du lundi 20 au vendredi 24 avril, retrouvez tous les jours sur Le Point.fr un éclairage sur l'armée libanaise, en première ligne face au groupe État islamique.Sous la tente en plastique bleu et au toit percé qu'il occupe depuis sept mois, Hussein Jaber tente de vaincre les dernières fraîcheurs de l'hiver beyrouthin à grandes bouffées de narguilé. Qu'il crève de chaud, qu'il pleuve ou qu'il vente, l'homme calme aux cheveux blancs campe depuis août dernier sous les fenêtres du Parlement libanais, place Riad al-Solh. Il espère que son entêtement renforcera la détermination des politiciens libanais à obtenir la libération de ses neveux. Maymoun et Nahi Abou Al-Founi sont aux mains des islamistes de Jabhat al-Nosra.Tous deux font partie de la quarantaine de gendarmes et militaires libanais pris en otage l'été dernier par l'organisation État islamique et Jabhat Al-Nosra. Le 2 août, ces groupes extrémistes qui combattent en Syrie ont attaqué cinq postes de l'armée et de la gendarmerie à Ersal, dans le nord-est du pays. Base arrière des rebelles depuis le début du conflit syrien en 2011, cette ville frontalière sunnite subit l'influence croissante des groupes extrémistes opposés à Bachar el-Assad. Aidés par certains Libanais de la ville, ils prennent régulièrement pour cible l'armée."Chaque jour, il y a des combats" Car loin des cafés clinquants et des clubs bruyants de la capitale, l'armée libanaise est en guerre contre les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant