Liban : une armée accusée d'être à la solde du Hezbollah

le
0
La collaboration entre le Hezbollah et l'armée libanaise contre les rebelles à la frontière syrienne est parfois vue d'un mauvais oeil par la communauté sunnite.
La collaboration entre le Hezbollah et l'armée libanaise contre les rebelles à la frontière syrienne est parfois vue d'un mauvais oeil par la communauté sunnite.

Du lundi 20 au vendredi 24 avril, retrouvez tous les jours sur Le Point.fr un éclairage sur l'armée libanaise, en première ligne face au groupe État islamique. À Masha, village sunnite perdu dans les collines vertes du Akkar, au nord du Liban, un groupe de jeunes hommes mécontents peste contre l'armée, cette "traîtresse". Certains en font pourtant partie, d'autres non. Sous le couvert de l'anonymat, tous approuvent la décision d'Abdullah Shehadeh d'avoir fait défection. En octobre 2014, ce soldat originaire du village a rejoint le groupe extrémiste de Jabhat al-Nosra, qui combat en Syrie. Dans une vidéo, il appelle tout sourire Abu Mohammed Al-Jolani, son leader, à venir au Liban "pour attaquer le Hezbollah et l'armée libanaise qui y est affiliée". "À Masha, nous avons 1 000 habitants qui sont soldats ou dans les forces de sécurité", clame le maire du village, Zakaria al-Zohbi, précisant que le Akkar est le principal réservoir d'hommes pour l'armée libanaise. "La plupart des gens ici aiment l'armée", affirme-t-il. L'armée, il est vrai, jouit d'une bonne réputation au Liban. Si des sources sécuritaires et militaires ont affirmé au Point que ces défections étaient minoritaires - une dizaine -, elles sont néanmoins représentatives d'un malaise bien ancré dans la communauté sunnite. Au Liban, le conflit syrien a avivé les tensions sectaires déjà très fortes depuis l'assassinat du leader sunnite Rafic Hariri en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant