Liban : première livraison d'armes françaises pour lutter contre les jihadistes

le , mis à jour à 10:03
0
Liban : première livraison d'armes françaises pour lutter contre les jihadistes
Liban : première livraison d'armes françaises pour lutter contre les jihadistes

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est à Beyrouth ce lundi pour assister à une première livraison d'armes françaises à l'armée libanaise. Il était présent au côté de son homologue Samir Mokbel à la cérémonie qui s'est déroulée à 9h30 locales (8h30 en France) sur la base aérienne de la capitale libanaise. Ces armes sont financées par un don saoudien de trois milliards de dollars (2,8 milliards d'euros),

La première fourniture porte sur 48 missiles antichar Milan. Au total, 250 véhicules de combat ou de transport de troupes, sept hélicoptères Cougar, trois corvettes et de multiples équipements de reconnaissance, interception et communication viendront renouveler, d'ici le printemps 2019, des matériels notoirement obsolètes ou insuffisants. La France et l'Arabie saoudite espèrent ainsi contribuer à la stabilité du Liban, qui reste fragilisé par 15 ans de guerre civile (1975-1990) et de fortes divisions confessionnelles, face aux incursions des jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI) ou du Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.

Arrivée sur la base aérienne de Beyrouth pour la livraison d'armements aux Forces armées libanaises. pic.twitter.com/jGuQjG8Jf1— Jean-Yves Le Drian (@JY_LeDrian) 20 Avril 2015

Livraison d'équipements et formation d'officiers

Le Liban comme la Jordanie, où Jean-Yves Le Drian s'est rendu samedi et dimanche, sont directement «affectés par le développement du terrorisme en Syrie et par un très grand afflux de réfugiés», souligne-t-on dans l'entourage du ministre. «Leurs appareils de sécurité nécessitent un appui extérieur». L'Arabie saoudite, inquiète de la montée en puissance de l'Iran dans la région, entend aussi renforcer l'armée libanaise par rapport au Hezbollah, puissant mouvement armé chiite soutenu par Téhéran et qui combat les jihadistes au côté du régime de Damas.

A travers ce contrat franco-saoudien, «c'est une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant