Liban : les islamistes tentent d'ouvrir un nouveau front

le
0
Liban : les islamistes tentent d'ouvrir un nouveau front
Liban : les islamistes tentent d'ouvrir un nouveau front

L'armée libanaise a commencé ce lundi à se déployer dans un secteur de la ville de Tripoli (au nord du pays) que des milliers de civils ont fui après trois jours de combats entre militaires et islamistes. Les combats se sont arrêtés la nuit et les hommes armés soupçonnés de liens avec le Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, semblaient lundi avoir disparu du quartier pauvre sunnite de Bab al-Tebbané où ils étaient retranchés. Seuls des tirs sporadiques étaient entendus lundi matin alors que l'armée commençait à ratisser ce quartier du nord de la deuxième ville du Liban, menant des perquisitions, saisissant des armes et neutralisant des mines laissées par les hommes armés.

Après des suppliques des habitants pris au piège à Bab el-Tebbané et la médiation de leaders religieux, l'armée a finalement autorisé des milliers de civils à fuir dimanche soir. Lundi matin, ces déplacés réfugiés chez des proches ou dans des écoles, n'étaient toujours pas rentrés au quartier, déserté par 70% de ses habitants. Le journaliste de l'AFP a vu dimanche soir des scènes chaotiques, avec des habitants de tous âges quittant leur quartier ravagé, des femmes en pyjama et en pleurs, des hommes portant des enfants, mais aussi des personnes âgées. Les autorités ont annoncé que les écoles et universités à Tripoli seraient fermées lundi en raison des violences.

L'armée accusée d'être sous la coupe du Hezbollah

Les violences ont tué cinq civils depuis vendredi et les bombardements ont provoqué des incendies dans des dizaines de maisons et de commerces dans le centre-ville et à Bab al-Tebbané, où vivent 100.000 personnes. Les combats, qui s'étaient étendus à 10 km de la ville, ont également fait 11 morts parmi les militaires, selon l'armée.

Tripoli (Liban), dimanche. Des soldats de l'armée régulière investissent un bâtiment où seraient cachés deux hommes suspectés d'avoir p^ris des photos d'installations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant