Liban-Hariri soutient la candidature d'Aoun à la présidentielle

le
0
    BEYROUTH, 20 octobre (Reuters) - L'ancien Premier ministre 
libanais Saad Hariri a annoncé jeudi qu'il soutenait son 
adversaire politique Michel Aoun, proche de la milice chiite 
pro-iranienne du Hezbollah, comme candidat au poste de chef de 
l'Etat. 
    "Cette décision s'explique par la nécessité de protéger le 
Liban, l'Etat et le peuple mais elle dépend d'un accord", a 
déclaré Saad Hariri lors d'une conférence de presse retransmise 
à la télévision. 
    Hariri, qui bénéficie du soutien de l'Arabie saoudite, 
royaume sunnite en conflit indirect avec l'Iran dans plusieurs 
pays du Proche-Orient, espère mettre ainsi fin à l'impasse 
politique dans laquelle se trouver le Liban. 
    On ignore pour le moment si le général Aoun, un chrétien, 
sera en mesure de réunir les suffrages des deux tiers des 
députés nécessaires pour accéder à la présidence. Les élus 
doivent se prononcer le 31 octobre. 
    Parmi ses adversaires, figure notamment le président du 
Parlement, Nabih Berri, chef de file du mouvement chiite Amal, 
proche lui aussi du Hezbollah. 
    L'offre d'Hariri était jusqu'ici impensable mais les 
difficultés financières de Saudi Oger, son entreprise de BTP 
dont le siège se trouve en Arabie saoudite, menacent son statut 
de personnalité influente dans la communauté sunnite. 
    Hariri espère retrouver les fonctions de chef du 
gouvernement si le général Aoun est élu à la tête de l'Etat. 
    Pour l'instant, le Hezbollah, principale formation politique 
du pays, n'a pas précisé quelle était sa position bien qu'il ait 
déjà présenté Aoun comme le candidat ayant sa préférence.   
 
 (Lisa Barrington et Leila Bassam; Pierre Sérisier pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant