Liban : au moins 29 morts et 500 blessés dans un double attentat

le
0
Liban : au moins 29 morts et 500 blessés dans un double attentat
Liban : au moins 29 morts et 500 blessés dans un double attentat

Selon la Croix Rouge libanaise, c'est l'attaque la plus meurtrière depuis la fin de la guerre civile au Liban en 1990. Les Libanais paient une nouvelle fois au prix de leur vie le conflit de la Syrie voisine. Au moins 29 personnes ont été tuées, dont plusieurs enfants, et 500 blessées vendredi dans un double attentat à la voiture piégée à Tripoli, la grande ville du nord du Liban.

Cette ville est régulièrement le théâtre d'affrontements entre sunnites, qui soutiennent en majorité la rébellion syrienne, et alaouites, favorables au régime Assad. Ces explosions surviennent une semaine après une attaque utilisant la même technique au cours de laquelle 27 personnes avaient perdu la vie à Roueiss, dans la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah libanais, un mouvement chiite allié du régime syrien. Les voitures piégées ont donc frappé dans les deux camps. Les attentats, qui ravivent le douloureux souvenir des attentats à la voiture piégée durant la guerre civile, interviennent alors que le pays n'a pas de gouvernement depuis cinq mois, en raison des divisions liées à la Syrie. près de deux mosquées sunnites alors que les fidèles sortaient de la prière du vendredi, à proximité par ailleurs du domicile de personnalités politiques. La première explosion s'est produite dans le centre, près de la maison du Premier ministre sortant, Najib Mikati, qui ne se trouvait pas sur place. La deuxième a eu lieu près du port, non loin du domicile de l'ancien chef de la police Achraf Rifi, selon une source de sécurité.

Le correspondant de l'AFP a vu des corps carbonisés là où a eu lieu la première déflagration, près de la mosquée Al-Taqwa. Les télévisions locales ont montré ont montré une immense fumée noire s'élevant dans le ciel et de nombreux véhicules en flammes. Elles ont aussi filmé des corps sans vie, des hommes transportant dans leurs bras des blessés et des devantures d'immeubles totalement détruites.

Saad ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant