Liban : attentat dans la banlieue chiite de Beyrouth, au moins 53 blessés

le
0
Liban : attentat dans la banlieue chiite de Beyrouth, au moins 53 blessés
Liban : attentat dans la banlieue chiite de Beyrouth, au moins 53 blessés

Au moins cinquante trois personnes ont été blessées par l'explosion d'une voiture piégée mardi matin à Beyrouth (Liban). L'explosion s'est produite à 10h15 dans la banlieue chiite de Bir al-Abed, au sud de la ville, un fief du mouvement chiite Hezbollah, près d'une coopérative commerciale appelée le Centre de coopération islamique. Selon le minstère de la Santé, au moins 41 blessés ont été transportés à l'hôpital et douze autres traités sur place pour des blessures superficielles.

Des ambulances se sont rendues immédiatement sur les lieux de l'explosion ainsi que des véhicules de pompiers. Une énorme fumée noire s'élevait vers le ciel et les dégâts semblaient très importants dans ce quartier résidentiel.Aussitôt après l'explosion, des civils appartenant au Hezbollah, le mouvement chiite libanais, avec des talkie-walkie et un bandeau jaune au bras, se sont déployés dans le secteur.

«J'ai entendu une grosse explosion ! Tout le monde a paniqué, a raconté Carole Mansour, propriétaire d'une usine de chaussures située à une rue du lieu de l'attentat. J'ai suivi les cris des gens, mes employés ont couru vers l'endroit de l'explosion parce qu'ils y ont de la famille. Je n'arrive pas à croire que quelqu'un ait fait ça le premier jour du ramadan !».Mardi est en effet le premier jour du ramadan pour une partie des chiites au Liban. Le jeûne commence mercredi pour les sunnites et jeudi pour le reste des chiites.

Tensions confessionnelles exacerbées par le conflit en Syrie

Cet attentat intervient à un moment d'extrême tension communautaire. Le conflit en Syrie divise profondément les Libanais entre partisans et opposants du président Bachar al-Assad, exacerbant les tensions confessionnelles. Le 5 juin dernier, le bastion rebelle de Qousseir était tombé après une féroce offensive de trois semaines de l'armée syrienne et du Hezbollah libanais. Cette ville proche de la frontière libanaise était devenue ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant