Liaisons transmanche : Londres menace d'interdire les ferries d'Eurotunnel

le
1
Liaisons transmanche : Londres menace d'interdire les ferries d'Eurotunnel
Liaisons transmanche : Londres menace d'interdire les ferries d'Eurotunnel

L'avenir de la nouvelle compagnie de MyFerrylink de bateaux entre la France et l'Angleterre pourrait être sabordé par les autorités britanniques de la concurrence. Fin mai, elles pourraient interdire à ces navires rachetés en 2012 par Eurotunnel après la faillite de SeaFrance d'accoster dans le port du Kent à Douvres.

Depuis plusieurs mois, ce dossier reste une épée de Damoclès pour les marins des trois navires. En juin, la Commission britannique de la concurrence avait décidé d'interdire une première fois l'exploitation de ces ferries de MyFerryLink car elle estimait qu'en cumulant un service de ferries avec la gestion du tunnel sous la Manche, Eurotunnel pourrait s'emparer de «plus de la moitié» du marché des liaisons transmanche... et faire faire grimper les prix. En décembre, le tribunal d'appel de la concurrence avait cassé cette décision. On croyait l'affaire terminée...

Mais, la Commission britannique ne lâche pas le morceau. Ce vendredi, elle a assuré qu'elle disposait de la compétence juridique pour se prononcer sur l'acquisition par Eurotunnel des bateaux de l'ex-SeaFrance. Selon elle, Eurotunnel a fait l'acquisition d'une entreprise et non pas de simples actifs. En d'autres termes, «il y a un niveau considérable de continuité entre les services de l'ex-SeaFrance sur la liaison Douvres-Calais et les nouveaux services du groupe Eurotunnel sur cette liaison», juge la commission de la concurrence.

Du coup, «Eurotunnel a pu lancer son activité avec MyFrerryLink relativement rapidement en raison du bénéfice considérable d'avoir des bateaux spécifiquement configurés pour répondre aux nécessités de la liaison Douvres-Calais et d'anciens salariés de SeaFrance ayant l'expérience.»

Pour Eurotunnel, c'est «l'incompréhension». Selon ce groupe, Seafrance a arrêté son exploitation en novembre 2011 et a été liquidée 6 mois avant qu'il n'achète les ferries et en confie l'exploitation à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 le vendredi 21 mar 2014 à 13:31

    Ils ont probablement raison les anglais, Eurotunnel 1 et Eurotunnel 2 ne vont pas se faire concurrence.